La commission des Finances de l'Assemblée nationale commence aujourd’hui ses auditions pour éclaircir l’affaire Tapie. En juillet, un tribunal arbitral a condamné l'organisme public chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais à verser 285 millions d'euros plus les intérêts à Bernard Tapie. La décision a déclenché une vive polémique. Certains soupçonnent Nicolas Sarkozy d’être intervenu. Le soupçon, c'est bien le poison qui plane sur cette affaire. Tous les ingrédients y sont. L'argent, d'abord. Les sommes en jeu sont énormes. Et puis le pouvoir, bien sûr, puisque, Bernard Tapie, ancien ministre de François Mitterrand, a de nouveau ses entrées à l'Elysée, depuis qu'il a affiché son soutien à Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle. Argent, pouvoir, ce sont les ingrédients de base. Mais ce qui alimente les doutes, aujourd'hui, c'est que cette affaire n'a pas été tranchée par la Justice ordinaire. Non, le gouvernement a décidé de recourir à ce qu'on appelle la justice arbitrale. C'est courant en matière commerciale, mais pas pour trancher une affaire qui implique l'Etat. Pour François Bayrou, qui était l'invité de France Inter hier matin, c'est la preuve que Nicolas Sarkozy a décidé de favoriser Bernard Tapie (extrait de l'interview sur France Inter). Cet été, le PS a lui aussi dénoncé un "arrangement opaque" favorable à Bernard Tapie. Hier, pourtant, difficile de trouver un socialiste pour parler haut et fort de cette affaire. Peut-être parce que Bernard Tapie a longtemps frayé avec la gauche - le député PS Jérôme Cahuzac a tout de même accepté de livrer le fond de sa pensée (interview). Deux points de vue très politiques. Pour aller plus loin, Sara Ghibaudo, du service économique de France Inter, a interrogé un spécialiste de l'arbitrage. Thomas Clay est professeur de droit et il met en cause le choix de la procédure arbitrale dans cette affaire (interview). Réaction du gouvernement ? Silence ! Au ministère de l'Economie, qui a géré ce dossier, un conseiller explique que Christine Lagarde s'est déjà exprimée sur le sujet en juillet. Pendant que les Français étaient à la plage, donc. A l'époque, sur France 3, elle avait nié tout favoritisme et toute intervention de Nicolas Sarkozy (extrait de l'interview sur France 3). Pour Bercy, 400 millions d'euros, dont une grande partie reviendront à l'Etat par le jeu de la fiscalité, c'est donc un moindre mal, pour solder cette affaire. Un point de vue que ne partage pas le député Nouveau Centre Charles de Courson, très au courant du dossier puisque c'est lui qui va ouvrir le bal des auditions, ce matin, en tant que membre du conseil d'administration de l'établissement public qui chapeaute l'organisme chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais (interview). Alors, finalement, les soupçons paraissent-ils fondés ? Aucun des interlocuteurs interrogés n'a mis en cause les trois arbitres désignés choisis par les parties pour trancher cette affaire. Et c'est vrai qu'on imagine mal Pierre Mazeaud, qui présidait le tribunal arbitral, on imagine mal ce gaulliste intransigeant, aller chercher ses ordres chez Nicolas Sarkozy. Certains s'étonnent du souci que le chef de l'Etat semble mettre à vouloir régler cette affaire. Lors de son passage à Bercy en 2004, une médiation avait en effet été envisagée. Et puis, il y a ce refus du gouvernement d'intenter un recours. Selon Charles de Courson, malgré ce refus, il reste une possibilité de faire annuler la décision qui a été rendue - loin d'être inattaquable, selon lui. Alors que pense Bernard Tapie des soupçons de favoritisme ? Des "bruits de chiottes" aurait-il confié à l'hebdomadaire « Le Point » en juillet. Et hier, à peine le temps de lui poser une question qu'il avait déjà raccroché (interview). Pas sûr que cette réponse suffise aux députés, alors que Bernard Tapie s'apprête à empocher une belle somme après impôts. Une quarantaine de millions d'euros selon les premières estimations. Plutôt une bonne centaine, estime Charles de Courson qui a refait les comptes. Une enquête de Ludovic Fau.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.