Les vignes en Indre-et-Loire
Les vignes en Indre-et-Loire © Radio France / Philippe Lefebvre

Les vendanges vont débuter dans les prochains jours dans le Val de Loire. La météo maussade a retardé la récolte, a inquiété les professionnels mais la qualité devrait être au rendez-vous. Reportage.

Les vignerons ont le sourire, ils oublieraient presque les deux dernières années, particulièrement mauvaises. Avec une production en baisse, ils n'ont pas eu assez de vin pour répondre à la demande. Près de Chinon, Jean-Max Monceau est plutôt fier de sa vigne, bien verte avec des "grappes très aérées".

Un bon millésime ?

Par prudence, les vignerons évitent de répondre clairement à cette question. Début de réponse tout de même chez François Pinon, producteur de Vouvray à Vernou-sur-Brenne :

C'est le profil idéal pour un mois de septembre, du soleil et du temps frais

François Pinon reste très prudent car il revient de loin. En juin 2013, le vignoble de Vouvray a été ravagé par un orage de grêle. En quelques minutes, le travail de toute une année a été détruit. Ce souvenir, Laurent Kraft l'a encore en mémoire :

J'ai cru être sous une remorque de cailloux qu'on vidait. Ca a duré 50 secondes. J'en avais 30 centimètres de haut dans la cour

Une belle revanche

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce sont les victimes de la grêle en 2013 qui pourraient réaliser les meilleures récoltes d'après François Pinon :

Nos vignes vont porter plus de grappes que les vignes épargnées l'année dernière parce qu'elles ont déjà eu une belle récolte l'an passé, donc elles se reposent un petit peu

Une production régulée

Ca ne veut pas dire qu'il y aura plus de bouteilles à vendre. Dans les vignobles en appellation d'origine contrôlée, chaque vigneron a une quantité de vin produit à ne pas dépasser et à Vouvray, on joue la prudence comme l'explique Laurent Kraft :

On est resté sur le plancher. On laisse ce qu'on a l'habitude de faire et si jamais, à l'arrivée [...] on s'aperçoit que l'on a quelques hectolitres par hectare en plus, de qualité, on autorisera, ou pas, à garder ces vins là. Si c'est pas bon, ça ira à la distillerie

Ce qui est certain, c'est que cette vendange positive sera une bonne nouvelle économique pour les producteurs comme Jean-Max Monceau :

La récolte à venir est bienvenue parce qu'on était plutôt déficitaire niveau vin. Avec des cours plutôt à la hausse, de 5 à 8%. Pour un Chinon, ça se vend entre 7 et 12 euros...Je pense qu'on a gagné 50 ou 60 centimes d'euros.

Les vignerons sont satisfaits et ils le diront ce week-end puisque des randonnées seront organisées dans tout le vignoble du Val de Loire.

►►►A LIRE AUSSI | Le vin, les Français n'y connaissent (presque) rien

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.