Cochons
Cochons © MaxPPP / Jean-Pierre Balfin

Les agriculteurs en colère manifestent aujourd’hui à Paris. Parmi les plus touchés, les producteurs de porc. Ils font face à la concurrence de l’Espagne et surtout de l’Allemagne, premier producteur de porc en Europe, et premier exportateur.

Les Allemands ont su moderniser leur production, pour conquérir les marchés. Exemple dans cette exploitation de 6.000 bêtes au nord-est de l’Allemagne. Comme beaucoup de producteurs allemands, Henrik Löwerman est spécialisé dans l’engraissement des porcs. Il achète ses porcelets au Danemark, et en l’espace de 100 jours, il les fait passer de 25 à 120 kg à raison d’1 kg par jour. Rien n’est laissé au hasard pour être le plus efficace possible et rationaliser les coûts.

__ Ici, nous sommes dans un enclos prévus pour 300 bêtes. Quand les cochons vont se nourrir, ils doivent passer par ce petit portail, et à ce moment là, ils sont mesurés par le système informatique. Vous voyez, là il y a une caméra sous la lampe, elle mesure automatiquement la taille exacte du porc et sa quantité de viande

Henrik vient d’investir un million d’euros dans la construction d’un nouveau bâtiment flambant neuf : 3000 m2 supplémentaires pour continuer à grandir.

Si nous voulons rester compétitifs à l’avenir dans l’engraissement des porcs, nous sommes condamnés à investir en permanence. Les innovations technologiques, comme l’alimentation assistée par ordinateur, le contrôle numérique de la température des porcheries… Tout cela représente des investissements lourds. Mais c’est la seule solution si nous voulons continuer à produire aux prix du marché

Innover, c’est aussi prendre le virage des énergies renouvelables. Comme dans beaucoup d’exploitations en Allemagne, Henrik a recours à la « méthanisation », un procédé encouragé par les pouvoirs publics.

Dans cette cuve, on mélange le lisier des porcs avec du maïs. Cela donne du méthane, et avec le méthane on fait de l’électricité, qui est revendue aux producteurs d’énergie. Avec notre capacité de production, nous avons de quoi fournir du courant à 4000 foyers. Au total, ça nous permet de récolter environ 850 000 euros par an

__

Pourtant la situation est loin d’être facile pour les éleveurs allemands

Même si l’Allemagne produit 3 fois plus de porc que la France, et exporte sa viande dans une centaine de pays, tout au bout de la chaîne, les éleveurs ont beaucoup de mal à s’en sortir. C’est particulièrement vrai depuis un an, dans un contexte très défavorable. Les sanctions contre la Russie font souffrir les producteurs qui subissent la pression de la grande distribution. Exemple, au sud de Berlin, dans la coopérative Agrar et ses 45 employés. Le directeur du site, Horst Bielak .

La production de porc en Allemagne a énormément augmenté ces dernières années. Aujourd’hui nous produisons plus que ce dont nous avons besoin. Et quand les exportations se mettent à moins bien marcher, comme c’est le cas en ce moment avec l’embargo russe, alors cela pèse sur les prix. Notre situation est catastrophique. Nous touchons 1 euros 36 par kilo de viande … Or, en dessous de 1 euro 60, il est impossible de produire du porc en Allemagne

__

Une situation assez proche finalement de ce que vivent les éleveurs français. Et pourtant l’Allemagne est régulièrement montrée du doigt, accusée de « concurrence déloyale » en Europe. Un procès injuste, estime Horst Bielak. Les Allemands, dit-il, sont soumis aux mêmes contraintes et aux mêmes réglementations.__

On prétend que nos salaires sont plus bas. Mais c’est faux. Peut-être que c’est le cas dans les abattoirs, mais chez nous les éleveurs, il n’y pas d’employés des pays de l’Est. Les gars viennent de la région, et ils sont payés au salaire minimum, même un peu plus. Nous, nous n’avons rien contre les agriculteurs français ou belges.. Je trouve ça très bien que les français descendent dans la rue, ils ont plus de courage que nous ! Et c’est une bonne chose que le gouvernement fixe les prix. En Allemagne, ça n’existe pas

__

Les éleveurs allemands pourraient bien descendre à leur tour dans la rue. Hier déjà, une manifestation nationale des producteurs laitiers a réuni plusieurs milliers de personnes à Munich.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.