Si la température augmente encore de 2 degrés, 99% des récifs du monde seront perdus estiment les scientifiques du GIEC. La deuxième plus grande barrière de corail se trouve en Nouvelle-Calédonie. Les récifs calédoniens sont en meilleure santé qu'ailleurs mais restent menacés.

Les coraux de Nouvelle Calédonie sont menacés  ici dans le domaine de Deva, dans le centre de l'Île
Les coraux de Nouvelle Calédonie sont menacés ici dans le domaine de Deva, dans le centre de l'Île © Radio France / Mathilde Dehimi

Dans le lagon au large de Nouméa, Fanny Houlbreque, scientifique à l'IRD l'Institut de recherche pour le développement, observe les coraux : "Alors là c'est ce qu'on appelle un récif frangeant qui se forme en bordure de côtes. Ce sont des colonies massives qui font ces grosses boules coralliennes." 

On est sur l'un des sites que nous avons suivi lors de l'événement de blanchissement de 2016

En 2016, la Calédonie connait une hausse des températures jamais enregistrées : 90% des récifs frangeants, les plus résistants, sont touchés : "Quand les coraux sont blanchis, donc quand ils sont transparents, ils ne sont pas morts. En fait ils continuent à vivre explique Fanny Houlbreque. Mais par contre si le stress de température se prolonge, là ils vont finir par mourir, mais ce qu'on voit ici c'est que les coraux sont en bonne santé, ils ont tout à fait repris. On estime qu'on en a perdu 10 %."

Une résilience qui donne de l'espoir aux scientifiques

Les coraux se sont régénérés sur une période longue, mais comment vont-ils s'adapter à des hausses de températures plus brutales et sans pause ? D'autant que les squelettes des coraux sont fragilisés par l'acidification de l'eau et par une nouvelle prolifération d'étoiles de mer dévoreuses de corail explique Claude Payri directrice de l'unité Ecologie Marine Tropicale de l'IRD : "Une étoile de mer d'adulte dévore par jour un mètre carré de corail vivant, donc quand on a des milliers d'étoiles de mer on peut imaginer l'impact que ça va voir sur le récif. Ce sont des phénomènes un qu'on connait depuis fort longtemps, mais qui semblent être de plus en plus récurrents. On a à peu près 800 espèces de coraux au monde et 400 en Nouvelle-Calédonie identifié. C’est une lutte contre le temps."

Le corail est essentiel à la biodiversité. Pour le préserver, il faut freiner l'activité humaine et notamment les rejets d'eaux usées, mais depuis quelques mois, des algues vertes prolifèrent sur la plage de Déva. 

Réunis dans une case, le comité de gestion de la Zone Côtière Ouest, des habitants en charge de la protection du lagon depuis son classement au patrimoine de l'Unesco, dénoncent l'installation d'un golf et d'un complexe hôtelier de luxe. Mylène Aifa, la présidente du comité : "Si les algues continuent à proliférer tout cet écosystème est en grand danger. On a fait croire aux gens que l'UNESCO c'était le paradis. C'est joli, c'est un beau joyau, mais on a laissé venir les gros promoteurs et rien n'a été fait pour accueillir ces gens et maintenant on se retrouve avec une pollution. L'agriculture, le tourisme et les mines sont en train de faire du désastre de notre lagon. On est sur du corail, Si le corail meurt, la Calédonie meurt aussi"

Des décisions publiques qui ne respectent pas les enjeux environnementaux

Pour préserver le lagon, un parc naturel de la mer de Corail a été créé durcissant le règlement dans la zone, mais en parallèle, un bateau de croisière va être autorisé à mouiller l'ancre près des récifs des Chesterfied. Une aberration pour Martine Cornail de la fédération Ensemble pour la Planète : "Même si on nous dit que les paquebots n'auront que 200 passagers, c'est énorme pour des petites langues de terre dont les dimensions ne permettent pas le débarquement de flux de touristes. Les colonies d'oiseaux qui nichent la, les nids de tortue, tout ça va payer le prix fort. On n'imagine 200 paires de palmes qui se succèdent sur quelques patates, comme on dit ici, c'est-à-dire sur quelques massif coralliens. Donc nous nous sommes élevés avec beaucoup de violence contre la décision du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et de l'État français, qui est complice, contre l'ouverture de ces sites au tourisme de croisière de masse." 

Ces associations dénoncent aussi de possibles forages pour trouver des gisements sous-marins de gaz et de pétrole

Les lagons sont inscrits au patrimoine mondial de Unesco pour leur valeur universelle exceptionnelle 

Une initiative française pour les récifs coraliens, l’Ifrecor

L’IRD à Nouméa, l'institut de recherche pour le développement 

LIRE AUSSI 

Environnement : 80% de la pollution marine est d'origine terrestre

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.