Un policier arme devant la magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes
Un policier arme devant la magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes © Radio France

Contrairement à ceux du 13 novembre, les attentats de janvier 2015 étaient ciblés : Charlie Hebdo, une policière de Montrouge, l'Hypercacher de la porte de Vincennes. Mais que sait-on sur les possibles commanditaires ?

Ce qui est troublant c’est qu’à première vue les tueurs se sont revendiqués de deux organisations terroristes rivales.

Très vite Chérif Kouachi invoque Al Qaida au Yemen, ce que l'un des rescapés de Charlie, le journaliste Laurent Léger, a entendu, pas très distinctement.

Le dessinateur Charb, Stéphane Charbonnier, était sur la liste de personnes à abattre d'Al Qaida dans la péninsule arabique ,AQPA . Peu avant sa mort, retranché en Seine-et-Marne Chérif Kouachi en reparle, à BFMTV

Quant à Amédy Coulibaly, un ami de prison de Chérif Kouachi, il se réclame lui du groupe Etat islamique . Dans son ordinateur portable les enquêteurs ont retrouvé deux messages d'instructions lapidaires, comme des SMS. Le 7 janvier, il évoque des amis qui viendraient aider Coulibaly. Il se ravise le lendemain.

Voici comment commence le message.

Le correspondant ajoute qu'il se charge de sa "gadji", sa femme. Six jours plus tôt, Hayat Boumedienne est partie pour la Syrie. Le commanditaire est peut-être là-bas mais il a su effacer ses traces en utilisant des adresses mails anonymes et jetables.

Pour comprendre ces attentats, il faut remonter plus loin dans le temps

Il faut partir de la filière des Buttes Chaumont démantelée en 2005. Chérif Kouachi est arrêté avant de prendre l'avion mais six jeunes parisiens partent combattre les Américains en Irak. Trois y sont morts. Huit hommes sont condamnés en France. A leur sortie de prison, ils se revoient.

Leur mentor religieux de l'époque, Farid Benyettou, retrouve un Chérif Kouachi plus virulent

En prison Chérif Kouachi a rencontré d'autres islamistes, comme Djamel Beghal, avec il sera impliqué en 2010 dans la tentative d'évasion d'un autre terroriste, puis il fréquente un certain Salim Benghalem.

En juillet 2011 Benghalem part au Yemen avec Said, ou Chérif Kouachi ou les deux, on n'est pas sûr. Quand il rentre, Benghalem confie à sa femme qu'il a une mission : un attentat à commettre en France. Il renonce et part finalement combattre en Syrie.

Les Kouachi auraient donc été une cellule dormante d'Al Qaida ?

C'est ce qu'essaye de faire croire le magazine Inspire de l'été dernier, l'organe d'AQPA .

Farid Benyettou avait pris ses distances, mais quelques mois avant les attentats Chérif Kouachi est revenu frapper à sa porte.

Ce qui est sûr c'est que des anciens des Buttes Chaumont sont restés très actifs. Deux sont devenus des figures du terrorisme mondial. Le premier, Boubakeur El Hakim, a revendiqué l'assassinat en 2013 de deux personnalités progressistes en Tunisie : Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Il est devenu un cadre de l'Etat islamique en Syrie.

Le second, Peter Cherif a rejoint Al Qaida au Yemen.

En France, les frères Kouachi ont en tous cas réussi à ne pas être détectés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.