Inscriptions xénophobes visant des musulmans, profanation de stèles, agressions de déportés. Depuis le début de l’année, les incidents se sont multipliés à Mauthausen, dans le nord de l'Autriche. En Carinthie, province du sud, dont le gouverneur était le leader néo fasciste Jörg Haïder, mort en octobre. Depuis, des élections régionales ont donné 49% des suffrages à l’extrême droite. Cinq adolescents de ce charmant village situé à 25 kms à vol d’oiseau de la maison natale de Jörg Haider et pas très loin de la maison natale de Hitler, des jeunes inconnus des services de police ont été arrêtés puis relâchés, en attendant un procès éventuel pour apologie du régime nazi. Deux d’entre eux ont 16 ans et le droit de vote. Ils risquent jusqu’à 10 ans de prison. Les autres ont 14 ans. Ils se sont amusés à terroriser les visiteurs d’un des tunnels creusées par 27 000 déportés pour cacher l’industrie de guerre. L’association française des déportés de Mauthausen a porté plainte. La question est de savoir si des adultes leur ont donné l’idée. Sur l’emplacement de l’ancien camp, on a construit un joli lotissement et gardé en souvenir des 8000 morts l’Arche d’entrée du camp. Jerome Segal est chercheur et historien (interview). L’anniversaire de la libération cette année avait lieu le 9 mai : des centaines de Français, Espagnols, Italiens, Polonais, se rassemblent dans ce tunnel. Daniel Simon, fils de prisonnier, président de l’association française des déportés de Mauthausen est là, tout comme Ladislaus Zuck, ex prisonnier politique polonais (interviews). Deux des ados fréquentaient la maison des jeunes d’Ebensee où l’animatrice les repère et prévient les parents. Pour eux, ce qui est cool, c’est le paintball, le rock du groupe Landser et le genre « Loup blanc » (interview). La plupart des poursuites contre les jeunes dans la région se terminent par des retraits de plainte et par des réparations pécuniaires. Mais cette fois, c’est différent, la plainte émane de France. L’ un des jeunes a présenté ses excuses par écrit sur internet. Après une demande auprès de son avocat, il l’a fait oralement, au micro de France Inter. Il est venu avec ses parents (interview). Il existe un musée à Ebensee géré par des jeunes bénévoles. La plupart des enseignants en Autriche ne sont pas formés pour enseigner cette partie de l’histoire qui dérange. Andreas Schlommer est bénévole (interview). Après la série d’incidents constatés autour des camps de Mauthausen, la ministre de l’Education autrichienne a décidé que tous les élèves dans leur vie scolaire iraient une fois en excursion à Mauthausen. Elle souhaite renfocer la formation continue des professeurs dans le cadre d’un programme lancé il y a 15 ans, quand l’Autriche est entrée dans l’Union Européenne, et qui s’appelle ERINNERN, SE SOUVENIR. Rappelons qu’un jeune de moins de 25 ans sur deux en Autriche, vote pour l’extrême droite. Un reportage de Philippe Reltien à Ebensee en Autriche.

liens

Compléments (photos, film, textes)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.