La Ligue est le grand gagnant du feuilleton politique italien de ces dernières semaines. Le parti d'extrême droite de Matteo Salvini, bien qu'arrivé derrière le Mouvement 5 Etoiles lors des législatives du 4 mars, a réussi à imposer sa cadence lors des négociations, et dispose de six ministres au gouvernement.

Au siège historique de la Ligue, à Varese
Au siège historique de la Ligue, à Varese © Radio France / Delphine Evenou

Pour comprendre les raisons du succès de la formation populiste, France Inter s'est rendu à Varèse (Lombardie), l'un des bastions historiques du parti. 

Varèse est une ville de 82.000 habitants, située au Nord de Milan, entre le lac Majeur et le lac de Côme. C’est là qu’il y a 33 ans, la Ligue a fait élire son premier conseiller municipal; là aussi que se trouve le siège historique du parti, bien qu'il ait été transféré depuis à Milan. 

Ce bâtiment, situé dans le centre de Varese, abrite le siège historique de la Ligue.
Ce bâtiment, situé dans le centre de Varese, abrite le siège historique de la Ligue. © Radio France / Delphine Evenou

Andrea Gambini, responsable de la section de Varèse, 30 ans de militantisme, continue d’y animer des comités. 

A. Gambini, responsable local de la Ligue à Varese
A. Gambini, responsable local de la Ligue à Varese © Radio France / Delphine Evenou

Ce militant a engrangé les souvenirs. Le plus beau, pour lui, reste, il y a plus de 20 ans, la chaîne humaine organisée par Umberto Bossi (fondateur de la Ligue), sur les rives du Pô pour réclamer l'indépendance de la Padanie, cette région imaginaire dans le Nord de l'Italie. 

Changement de stratégie

Mais si la Ligue a convaincu ses premiers soutiens sur la question de l'autonomie, à son arrivé à la tête du parti en 2013, Matteo Salvini, a changé de stratégie. En repoussant déjà la ligne de front : elle n’est plus avec le sud du pays, mais avec le sud de la Méditerranée; en trouvant aussi un nouveau champ de bataille : la bureaucratie, surtout celle de Bruxelles, et la fiscalité. C'est ce qui a séduit Eugenio Malnati, entrepreneur dans le BTP à Varese.

Eugenio est à la tête d'une petite entreprise de BTP à Varese
Eugenio est à la tête d'une petite entreprise de BTP à Varese © Radio France / Delphine Evenou

Eugenio déplore des taxes italiennes pour les entrepreneurs (50 à 60%) bien plus élevées que chez le voisin suisse (25%). Il dénonce aussi la bureaucratie qui allonge ses journées de travail, d'autant qu'en Italie, il est fréquent de devoir faire appel à un comptable, voire un notaire et un avocat, pour venir à bout de papiers souvent compliqués. Mais le sexagénaire reconnaît qu'à Varese, lorsque la Ligue était au pouvoir (de 1993 à 2016 - le PD a alors repris la municipalité, sur fond de rivalités internes au sein de la Ligue), les choses se sont améliorées. 

Tous les chemins mènent à Rome

Après avoir trouvé une base électorale locale, et fait élire des conseillers municipaux, puis régionaux, la Ligue a réussi à s'étendre au niveau national. Notamment au Parlement. Matteo Banchi, 38 ans, a été élu député le 4 mars. Selon lui, c'est le contact direct avec les gens qui séduit au sein de la Ligue, notamment à travers les réseaux sociaux. Il explique également que les nombreuses communes et les trois régions (Lombardie, Vénétie et Vénétie-Frioul) dirigées par le parti ont permis de rassurer les citoyens. 

"Ce sont nos détracteurs qui nous traitent de populistes et d’extrémistes."

Pourtant, à peine nommé ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini a annoncé la couleur : "préparez-vous à faire les valises" a-t-il laché aux migrants clandestins. 

La Ligue a-t-elle accru le sentiment xénophobe, ici, à Varese  ? Marco Giovanelli est rédacteur en chef du site Varese News. Et selon lui, si le racisme est dans l'ADN des habitants de la province de Varese, ce n'est pas une hostilité construite, idéologique; c'est surtout un sentiment de repli. Il n'a jamais constaté d'incident raciste grave sur ce territoire. 

Varese : un laboratoire ?

Pour ce rédacteur en chef,  le modèle de Varese s’applique à une situation très locale. " Cela n’a jamais été un laboratoire. Jamais". Marco Giovannelli explique que la situation est différente au niveau national. D'abord parce que les équilibres politiques y sont fragiles, parce que les personnalités politiques de la Ligue n'ont pas d'expérience de gouvernement. Par ailleurs, à Varese et dans sa province (notamment au sein de la région Lombardie), la Ligue gouverne avec le centre droit. L'alliance avec le Mouvement 5 Etoiles, lui aussi populiste, est inédite, et donc imprévisible. 

Deux frères ennemis, pour un seul projet politique

Ces deux formations politiques étaient jusque là en opposition. C'est donc un exercice d'équilibriste qui s'annonce pour les militants locaux comme Roberto Cenci, conseiller régional 5 étoiles. Il reconnaît que s'il va falloir commencer à discuter avec les élus de la Ligue, la distance intellectuelle est grande. 

Roberto Cenci est conseiller régional M5S en Lombardie
Roberto Cenci est conseiller régional M5S en Lombardie © Radio France / Delphine Evenou

Ces divergences sont de nature à fragiliser le jeune gouvernement. S'il tombe dans quelques mois, et que de nouvelles élections sont convoquées, la Ligue est désormais créditée de 25 à 27% des intentions de vote. C'est 10 points de plus que son score du 4 mars. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.