Mary Cobeny, 8 ans, a envoyé une lettre à Obama pour qu'il aide Flint
Mary Cobeny, 8 ans, a envoyé une lettre à Obama pour qu'il aide Flint © Radio France/Frédéric Carbonne

Barack Obama va rencontrer ce mercredi les habitants de Flint dans le Michigan. Cette ville sinistrée a été marquée par un scandale sanitaire sans précédent. De nombreux habitants sont gravement intoxiqués. La population a découvert qu'en 2014, les services du gouverneur républicain de l'Etat du Michigan, Rick Snyder, avaient puisé l'eau de consommation dans une rivière acide et très polluée. L'eau très corrosive a rongé les conduites en plomb, exposant les habitants au saturnisme et potentiellement à des perturbations du développement psychomoteur des enfants.

Une fillette de 8 ans, Mari Copeny, a écrit une lettre au couple Obama. "Je suis l'un des enfants touchés par cette eau et j'ai fait mon maximum pour manifester en signe de protestation et pour parler au nom de tous les enfants qui vivent ici à Flint", écrivait-elle. Elle souhaitait rencontrer Barack ou Michelle Obama. Son voeu sera exaucé ce mercredi.

Elle s’appelle Mari, mais tout le monde l’a surnommé little miss Flint depuis qu’elle a pris sa plume pour écrire à Barack Obama et lui demander de l’aider, elle, et ses voisins de Flint. Mari a 8 ans, quand on la rencontre elle joue comme toutes les petites filles dans un centre social de son quartier, mais pendant des mois elle a bu cette eau jaunâtre que les autorités locales disaient parfaitement saine, et c’est avec les mots de son âge qu’elle décrit ce qu’elle ressent.

Mari

C'est effrayant! A cause de l'eau, on a des plaques sur la peau, l'eau peut empoisonner et tuer des gens. Tout ça devrait être réparé.

Dans sa réponse, le président américain annonce à "Little Miss Flint" qu'il se rendra sur place et lui a donné rendez-vous.

C’est pour faire des économies que la ville avait choisi d’utiliser l’eau de la rivière de Flint

Elle était moins chère que le réseau de Détroit, elle a été utilisée sans la traiter, donc avec parfois une présence massive de plomb. Ca a duré ainsi pendant deux ans ; un poison insidieux qui s’est inflitré et dont la maman de Mary redoute les effets

Je m'inquiète pour tous les enfants de Flint. Vivre ici, c'est vivre dans un enfer sans eau. On ne peut pas boire un verre d'eau, laver nos vêtements, prendre une douche. On n'a pas l'impression de vivre en Amérique, mais dans un pays du tiers monde.

Distribution de bouteilles d'eau par la garde nationale
Distribution de bouteilles d'eau par la garde nationale © Radio France/Frédéric Carbonne

L'eau en bouteilles pour boire mais aussi pour tous les gestes de la vie quotidienne

Pas d’eau potable, comme dans le tiers monde effectivement. Ce qui frappe quand on est à Flint, c'est de voir partout dans les casernes de pompier, sur le parking devant les églises, à la mairie aussi, des palettes remplis de caisses de petites bouteilles d’eau et les habitants chaque jour viennent se servir, comme Earl :

On a besoin d’eau pour 13 ou 14 personnes qui vivent à la maison. C’est une nécessité absolue d’avoir de l’eau. Parfois ils me donnent 3 cartons, d’autres fois j’en prends 6. Il en faut pour les enfants, pour moi, mon amie, pour sa fille, et j’en prends aussi pour des gens qui n’ont pas de revenus et qui n’ont pas les moyens de se déplacer.

Il y a évidemment de la lassitude, une dame âgée dit qu’elle se sent humiliée. Il y a la suspicion partout, un restaurant de Flint promet que son eau est potable mais aucun client ne le croit. Il y a les relevées de test de plomb que l’on affiche sur les bâtiments publics comme la température de l’eau au bord de la mer. Cette obsession devient en fait le quotidien des habitants de Flint et cela devrait durer encore longtemps.

Quelques mois après le scandale seule la distribution de bouteilles d’eau est à peu près organisée. Pour le reste, toutes les maisons n’ont pas encore été testées, et surtout, même si l’eau vient à nouveau de Detroit, les canalisations ont été polluées, corrodées, et il faudra des mois, voire des années pour les changer. D’où la colère de nombreux habitants de Flint relayée ici par le pasteur Tilman , il s’occupe d’une des églises les plus importantes de la ville.

C'est au dela d'une crise, c'est un crime. Pour un crime, il faut aller sur place, enquêter, nettoyer les lieux, réparer. Ici, c'est une scène de crime et pourtant, elle est toujours dans le même état. La vie des gens a été transformée, elle ne sera plus jamais la même, les gens ont développé des phobies, ils n'ont plus confiance en personne.

Flint attend donc de cette visite de Barack Obama de l’aide, et surtout une aide financière

Trachelle Young mène l'action de groupe avec plusieurs centaines de dossiers
Trachelle Young mène l'action de groupe avec plusieurs centaines de dossiers © Radio France/Frédéric Carbonne

Le congrès a déjà débloqué une centaine de millions de dollars, mais il faut plus et tout le monde espère que le président américain va décréter l’état de désastre national qui permettrait une action d’envergure. L’avocate Trachelle Young, née à Flint, a reçu 5000 appels de gens qui voulaient porter plainte, c’est pour elle le combat de sa vie. Elle dit que Flint, ville majoritairement noire et sinistrée économiquement a été le laboratoire d’un déni de démocratie. Elle a lancé une action de groupe. L'avocate considère que c’est une priorité, il faut investir massivement et elle pense notamment aux enfants de Flint

Trachelle Young

Il faut que la prise en charge des enfants commence dès maintenant. Nous avions à Flint une seule infirmière scolaire pour toutes les écoles de la ville, donc nous avons besoin d’un système qui contrôle la santé des enfants qui leur permet d’être soignés, même s’ils n’ont pas d’assurance. Il faut qu’ils aient ces soins préventifs pour être sûr qu’ils aient la meilleure éducation possible. Ça coutera des millions, ça atteindra peut-être le milliard, mais honnêtement je n’en ai rien à faire. Ils ont créé ces problèmes et ils doivent les régler, quel qu’en soit le prix.

Flint, ville d'origine de Michael Moore

Flint, ancienne ville industrielle, avait reçu de plein fouet la crise de l'industrie automobile. Plus de la moitié des 100.000 habitants de Flint sont noirs et plus d'un tiers vivent sous le seuil de pauvreté. Le cinéaste engagé Michael Moore est originaire de Flint. Il a suivi de près le scandale de l'eau contaminée.Aujourd'hui, il juge sur Twitter la venue d'Obama bien trop tardive .

L'objectif de la visite de Barak Obama est de recueillir "directement" les témoignages des habitants et faire le point sur les efforts engagés.

Premières inculpations

Les premiers responsables du scandale de l'eau contaminée au plomb de Flint ont été inculpés. Il s'agit de trois employés de la ville et de l'Etat. Michael Glasgow, superviseur du laboratoire et de la qualité de l'eau de Flint, ainsi que Stephen Busch et Michael Prysby, employés au département de la qualité environnementale de l'Etat. Il ont été inculpés de deux, cinq et six chefs d'accusation et risquent respectivement jusqu'à 13 et 17 ans de prison. Ils auraient modifié les résultats de tests d'eau dans le but de faire baisser le taux de contamination au plomb. Le troisième inculpé, Michael Glasgow, âgé de 40 ans, est également accusé de falsification de preuves ainsi que de négligence.

Des accusations jusqu'au plus haut de l'Etat

Les responsables publics au plus haut niveau, du gouverneur de l'Etat à la directrice de l'Agence de protection de l'environnement, sont accusés d'incompétence, au pire de complaisance avec les décisions prises puis avec les efforts pour les étouffer. La maire de la ville, Karen Weaver, s'est réjouie de l'annonce des premières inculpations mais a fustigé la longueur de l'enquête.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.