C'était il y a 33 ans à Paris, le 3 octobre 19804 morts, une vingtaine de blessésLe principal suspect a refait sa vie au Canada. La France demande son extradition.La cour d'appel de Toronto examine l'affaire aujourd'hui et demain. En 1980 on a d'abord suspecté l'extrême-droite, mais très vite la piste palestinienne s'impose, plus précisément, un groupe dissident du FPLP, le front de libération de la Palestine.

L'attentat de la rue Copernic
L'attentat de la rue Copernic © Maxppp
Les suspects ne seront identifiés qu'en 1999, près de vingt ans après explique Jean Chichizola, journaliste au Figaro qui a consacré un livre à l'affaire Copernic.Après de nouveaux attentats à Paris, deux vagues au milieu des années 80 et des années 90, l'attentat de la rue Copernic passe au second plan des priorités policières. En 2007 le juge d'instruction Marc Trévidic réveille le dossier. Il va voir des témoins au Liban ou en Californie. Puis il lance un mandat d'arrêt pour entendre Hassan Diab lui-même. ### Qui est Hassan Diab?
Hassan Diab
Hassan Diab © Reuters
Il est né à Beyrouth il y a presque 60 ans. Au milieu des années 80 il part étudier aux Etats-Unis puis enseigne la sociologie au Canada. C'est là que Jean Chichizola le retrouve en 2007.Fin 2008 Hassan Diab est arrêté puis soumis à un contrôle judiciaire très strict. Depuis il clame qu'il y a erreur sur la personne.Le comité de soutien d'Hassan Diab dénonce le manque de preuves matérielles, trop fragile selon lui. L'expertise graphologique qui fait le lien entre Hassan Diab et la fiche d'hotel remplie par le poseur de bombe à Paris.En 2011, le juge de première instance canadien estimait que le dossier français était faible, mais que le traité d'extradition devait s'appliquer. Quand aux autres suspects de l'attentat de la rue Copernic, le chef présumé du commando vivrait au Sud- Liban protégé par le Hezbollah. D'autres sont toujours dans le collimateur de la justice française en Amérique du Sud, notamment.Pour Bernard Cahen, avocat des parties civiles, c'est ce qui fait que cette affaire est exemplaire.
Les références
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.