Midterms aux Etats-Unis
Midterms aux Etats-Unis © Radio France

Les Américains votent ce mardi pour les élections de mi-mandat. Ils doivent renouveler la composition de la Chambre des représentants et d'une partie du Sénat. Les républicains vont-ils gagner le Sénat et contraindre ainsi Barack Obama à entamer davantage de négociations pour ses deux dernières années à la Maison blanche ?

Même dans les Etats traditionnellement démocrates, comme l'Iowa, le "Obama bashing" permanent risque de faire des dégâts. Pas de conversion républicaine pour les électeurs, mais une abstention qui risque de peser.

Le résultat se jouera sans doute à quelques sièges seulement. Et dans ce jeu de stratégie, l'Iowa est une pièce maîtresse, détenue pour le moment par les démocrates. Pour combien de temps encore ? Dans cet Etat du Midwest, la campagne s'est focalisée, comme partout, sur la figure du président des Etats-Unis. Et pas pour en dire du bien.

Joni Ernst, sénatrice dans l'Iowa
Joni Ernst, sénatrice dans l'Iowa © Radio France / Frédéric Carbonne

Pour les habitants de l'Iowa, la modération politique est d’habitude la règle, mais quand il s’agit du président actuel, les militants républicains s’étranglent. A Des moines, Joni Ernst, sénatrice dans l’Iowa et candidate pour le Sénat fédéral, surfe sur le rejet de Washington, sur les valeurs de l’Iowa, travailler dur et ne pas dépenser trop. C'est la partie la plus applaudie de son discours. Dans l'Iowa, la modération politique est d’habitude la règle, mais quand il s’agit du président actuel, les militants républicains s’étranglent.

Entre tradition démocrate et risque d'abstention

Pourtant, l'Iowa est un Etat emblématique des années Obama. Il était arrivé en tâte à la primaire démocrate en 2008 ppuis aux élections présidentielles de 2008 et 2012. Mais cette année, l'ancien sénateur de l'Illinois n'est pas venu défendre ses couleurs ici. Il laisse donc le champ libre à son ancien concurrent républicain de 2012, Mitt Romney.

Le candidat démocrate, de son côté, compte sur le porte-à-porte. Une visite dans une maison de retraite, une rencontre avec des ouvriers... Ce sont eux, les plus déçus de l'ère Obama. Pas au point de voter républicain à ce scrutin, mais suffisamment pour ne pas se déplacer jusqu'aux urnes.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.