Depuis dimanche soir, le président afghan Hamid Karzaï effectue sa première visite officielle en France - sa première surtout à l'étranger depuis les élections législatives qui se sont tenues il y a 15 jours et dont on connaîtra, en principe, les résultats à la fin du mois. 4 ans après la chute du régime des Talibans, le pays a réalisé d'énormes progrès institutionnels mais l'Etat reste extrêmement fragile. Il y a toujours, par exemple, des combats avec les hommes d'Oussama Ben Laden dans le sud du pays. Mais ce que le président afghan et ses conseillers sont venus dire à Paris, c'est qu'il leur faut désormais beaucoup plus de soutien pour l'autre grande menace qu'est la drogue, et principalement l'héroïne. Un dossier d'Emmanuel Leclère, journaliste au service Etranger de France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.