Un million et demie de tonnes : c'est la quantité de produits électriques et électroniques que nous mettons à la poubelle chaque année. Une directive européenne impose désormais de les collecter et de les recycler. Comment va se passer ce recyclage ? Et qui va payer ? D'abord retour sur l'état des lieux : du rasoir au congélateur en passant par les ordinateurs, le gisement est énorme. Nathalie Villermet, de l'association France Nature Environnement (interview). La dépollution c'est bien l'opération la plus délicate. La société Envie 2 E vient d'ouvrir la première plateforme de traitement complet des appareils en fin de vie. C'est à Lille Lesquin. Jean-Yves Doisy, le directeur d'envie 2 E (interview). C'est vrai que l'électronique et l'électroménager sont de moins en moins chers. Mais le recyclage lui a un coût. Le gouvernement a donc demandé aux fabricants de se mettre d'accord pour le financer. Ils ont créé 4 éco-organismes chargés de collecter les fonds. A compter de mi novembre, ils vont prélever une taxe sur les produits mis à la vente. Mais au final, c'est bien le consommateur qui va payer. Arnaud Brunet est le représentant d'un de ces éco-organisme baptisé ERP (interview). Comment va se passer la récupération des produits en fin de vie ? Vous pouvez toujours les apporter à la déchetterie. Ou rapporter l'appareil au magasin à l'occasion de l'achat d'un nouveau modèle. Le vendeur a l'obligation de le reprendre. Mais attention, la loi c'est "un pour un". Vous voulez acheter un fer à repasser, vous pouvez rendre l'ancien fer qui ne fonctionne plus. Pas question d'échanger un réfrigérateur contre l'achat d'un rasoir électrique. Et puisque l'on va tous payer les frais de recyclage, ça va peut être modifier nos comportements de consommateurs ? Ce serait l'idéal pour Nathalie Villermet (interview). L'obligation de recycler les déchets électriques et électroniques c'est donc le 15 novembre prochain. Un dossier de Nathalie Fontrel, spécialiste des questions d'environnement à France Inter.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.