L'immobilier en Corse
L'immobilier en Corse © MaxPPP/Le Parisien/ Delphine Goldsztejn

François Hollande est attendu aujourd’hui en Corse pour le 70e anniversaire de la libération de l’ile.

Une visite qui intervient une semaine après l’adoption par l’assemblée de Corse d’un projet de réforme visant à mentionner l’ile dans la constitution. Dans ce projet Les élus corses posent également la question du foncier. Car aujourd’hui la spéculation immobilière gangrène l’ile

L'été dernier c’est le président de l’exécutif territorial Paul Giaccobi qui a lui même enflammé le débat en en proposant un régime dérogatoire de plus pour limiter l’accès à la propriété foncière en Corse pour les non résidents.

Il faudrait vivre depuis cinq ans en Corse pour accéder à la propriété. Les opposants à ce projet ont brandi son anticonstitutionnalité. Mais Paul Giaccobi persiste et signe : pour lui la spéculation immobilière est une vraie plaie en Corse.

Sur le diagnostic en Corse tout le monde est d’accord : il faut enrayer ce phénomène de spéculation. Sur les remèdes, là, c’est autre chose.

Le reportage de Cyril Graziani à Ajaccio

Dans un entretien à paraître vendredi dans Corse Matin, François Hollande donne des pistes de réponses aux revendications des élus de l'île. Pour le Président, "Faire des règles d'accès à la propriété différentes entre les citoyens serait contraire au principe d'égalité et aurait pour effet de fermer le marché immobilier au détriment de tous", a tranché le président.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.