Le 1er mai 2014 M. Le Pen avec certains des nouveaux maire Front National
Le 1er mai 2014 M. Le Pen avec certains des nouveaux maire Front National © PHOTOPQR/LE PARISIEN / PHOTOPQR/LE PARISIEN

REPORTAGE - Après les vaguelettes bleu marines successives aux élections intermédiaires, des comités de vigilance s'organisent un peu partout en France. 12 villes sont aujourd'hui dirigées par le FN. Reportage à Cogolin dans le Var.

C'est une petite ville près de la mer, 12.000 habitants et des murs ocres et rosés. La mairie a été gagnée par le candidat Front national Marc-Etienne Lansade lors des dernières municipales, et depuis certains habitants ont décidé de s'organiser en Comité de Vigilance.

Parmi eux, Isabelle; 48 ans. Elle est éducatrice, militante CGT et vote front de gauche. Depuis les municipales, elle relève ce qu'elle appelle les "dérapages" du nouveau maire. Par exemple la création d'un marché provencal, avec à la clef le départ de plusieurs vendeurs de babouches, et autres produits orientaux, ou encore l'annonce de la création d'un parking "Maurice Barrès". Un parking qui a fait l'objet d'une pétition par un autre comité : le projet a finalement été abandonné.

"Des comités minoritaires" selon le FN

Le maire, lui, se défend d'avoir reculé sur la question : "La zone qui devait accueillir le parking est trop chère aux Cogolinois pour être modifiée, ça n'a rien à voir avec les comités."

Pas très loin de Cogolin, Fréjus et Le Luc ont aussi vu apparaître de tels comités. Des comités ultra minoritaires selon le maire FN de Fréjus, qui parle de "quelques centaines de personnes" dans le Var. Mais ils ont changé de nature, selon la politologue Virginie Martin, qui a travaillé sur les villes FN des années 90 (Toulon ou Vitrolles par exemple).

Ce week-end les jeunes frontistes tiennent leurs universités d'été à Fréjus. Pas de grande manifestation prévue par les comités, mais un contre week-end avec débats sur le vivre ensemble.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.