Dans un rapport remis vendredi à Roselyne Bachelot, l'ancien député UMP Jean-François Chossy est favorable à l'accompagnement sexuel des handicapés.

Christina Caruana
Christina Caruana © Radio France / Laëtitia Saavedra

Ca fait des années que les associations de handicapés se battent pour la création d'une activité d'assistants sexuels pour répondre à lé détresse d'homme et de femmes lourdement handicapées qui n'ont pas accès à leur corps, mais qui ont des pulsions, comme tout le monde.

En Suisse, en Allemagne et aux Pays-Bas les assistants sexuels exercent officiellement. Ils obtiennent un agrément après avoir suivi une formation.

Christine, assistante sexuelle bénévole

En France, cette activité est illégale car assimilée à de la prostitution. C'est la raison pour laquelle Christine Caruana, ancienne infirmière, a choisi d'être assistante sexuelle bénévole à Marseille. C'est une association de handicapés qui l'a sollicitée il y a 4 ans.

Le témoignage de Christine

59 sec

ZOOM 1 assistants sexuels handicapés

Charly, atteint de la maladie des os de verre

Charly Valenza est l'une des personnes que Christine a accompagnées sexuellement.

Il a 49 ans, il est atteint de la maladie des os de verre qui rend les os extrêmement fragiles et qui les cloue sur son fauteuil.

Avec son association "Asexybilité" comme accès au sexe, il milite pour les assistants sexuels, car il y a urgence selon lui.

Le témoignage de Charly

53 sec

ZOOM 2 assistant sexuel handicap

### Une loi pour encadrer les assistants sexuels ?

Dans son rapport remis à Roselyne Bachelot intitulé "changer le regard de la société sur le handicap", l'ancien député UMP, bon connaisseur du dossier, Jean-François Chossy, ne voit pas d'autre solution que d'officialiser l'activité d'assistanat sexuel par une loi et par un cadre éthique strict.

Jean-François Chossy

17 sec

ZOOM 3 handicapés

Roselyne Bachelot denonce de "l'esclavagisme sexuel"

La ministre des Solidarités, qui a commandé le rapport, n'est pas d'accord avec un futur projet de loi. Comme un certain nombre de féministes, elle craint que les services d'assistanat sexuel ne bénéficient qu'aux hommes et dénonce un esclavagisme sexuel. Argument réfuté par les associations qui précisent qu'en Suisse, il y a autant d'hommes que de femmes assistants sexuels.

Roselyne Bachelot, la ministre des Solidarités

11 sec

ZOOM 4 assistants sexuels

La ministre des Solidarités a saisi le Comité Consultatif National d'Ethique qui devrait rendre ses conclusions dans trois mois.

De son côté, le collectif d'associations de handicapés CH(s)OSE a lancé un appel en ligne pour la création d'un service d'assistants sexuels.

Laetitia Saavedra

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.