Depuis lundi, les collections féminines de Haute couture déplacent à Paris plusieurs centaines de journalistes et de clientes potentiels. Deux fois par an, Paris devient la vitrine mondiale du luxe et de la création. Chacun court donc de défilés en défilés, et ce pendant 4 jours. Cette saison, 6 maisons de Haute couture sur 10 ont presenté leurs collections automne-hiver 2007-2008. Il y a eu le show Galliano à Versailles, Chanel sous la pluie au parc de St cloud et Christian Lacroix pour les 20 ans de sa maison au Palais de Tokyo. Ce matin, je vous emmène d'abord chez Franck Sorbier pour son defilé "Poésie" et un voyage dans le temps. Se sont les invités qui défilent devant les mannequins, statues de tissus enveloppées de nuage, de bulles ou de neige, dans des boîtes-horloges comtoises. Et le rêve a continué avec les princes-princesses et Maharadjas de Jean-Paul Gaultier. Magnificence, broderies à l'infini, robes couleur de temps et de soleil, et la surprise. Il y avait quand même de la démesure et c'est ce qui fait la Haute couture, appellation spécifiquement française que l'on dit regulièrement près de disparaître, nous explique Franck Sorbier. Jean-Paul Gaultier est du même avis : la Haute Couture s'en sort. Et comme le rêve que nous ont proposé Gaultier et Sorbier, la haute couture semble bel et bien avoir un avenir devant elle. Les defilés de mode s'achèvent ce soir, et à côté des Grandes maisons, 17 couturiers ont, eux aussi, presenté leurs collections. Un reportage de Jacqueline Petroz

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.