Un reportage de Véronique Julia Un suicide et une tentative de suicide la semaine derniere chez France Telecom Orange... Manifestement, l'opérateur n'est pas encore sorti de sa crise sociale. Pourtant, avec le départ de l'ancien PDG Didier Lombard et l'arrivée aux commandes depuis un an d'un nouveau patron, Stéphane Richard, on pensait que les choses allaient mieux. Finalement, qu'en est-il ? Véronique Julia est allée visiter le site de Vivier Merle à Lyon... - Oui, c'est le plus gros site France Télécom en province et ici on fait surtout du centre d'appel. Près de mille salariés au total, la moitié est postée sur des plateformes téléphoniques et c'est un site que la direction est assez fiere de montrer parce que c'est un site pilote où beaucoup d'argent a été investi cette année pour améliorer la qualité de vie des salariés. On a meme été jusqu'à leur installer une salle antistress, que nous fait visiter le responsable de l'aménagement, Jean Claude Rescicaud... - Ca c'est quand même un peu gadget, non ? Oui, d'ailleurs ca n'est qu'expérimental. Plus sérieusement, à France Telecom, depuis un an, on a stoppé les mobilités forcées, les suppressions de postes, les fermetures de sites, on a même réembauché. Et localement, on a pris des initiatives. Ici par exemple, on a réaménagé les espaces et les outils de travail, on a meme redonné à chacun un bureau personnalisé, ce qui n'était pas toujours le cas et surtout les managers ont tous suivi une journée de formation pour apprendre à écouter les salariés. - Bon, alors, on progresse, oui, mais est-ce que ca suffit ? Les salariés reconnaissent que la nouvelle direction fait des efforts et qu'elle a sans doute plus d'empathie que la précédente. Mais le traumatisme est profond et pour Chantal, qui a 20 ans de maison, tout ca reste quand meme assez artificiel. Le fond n'a pas changé... C'est une phrase qui revient comme un leitmotiv. En fait, l'impression que ca donne, c'est qu'on s'efforce de traiter les symptomes du stress, mais pas ses causes profondes. Et puis un autre probleme, nous dit Franck, c'est qu'il y a toujours, et pour cause, beaucoup de méfiance vis à vis de certains managers. Certains font même remarquer que l'ancien DRH du groupe, celui des heures sombres, a certes été débarqué de son poste mais n'a pas completement disparu de France Télécom puisqu'il dirige maintenant l'une de ses filiales. Bref le ménage n'est pas tout à fait complet... Et si vous aussi vous souhaitez témoigner de votre quotidien au travail, vous pouvez participer au questionnaire que Radio France lance auprès de ses auditeurs. Questionnaire intitulé "QUEL TRAVAIL VOULONS NOUS?". Rendez vous sur le site de notre Médiateur, Espace Public. espacepublic.radiofrance.fr. Vos témoignages serviront à nourrir émissions , livre et débats pour interpeller tous les acteurs concernés au début de l'année 2012.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.