Le salon de l’agriculture s’est ouvert samedi, Porte de Versailles à Paris. Il se tiendra jusqu’à dimanche. A cette occasion, direction la Savoie ce matin pour rencontrer un jeune garçon, Jordan 16 ans, qui n'a qu'une idée en tête, devenir agriculteur. « Les allues » c'est le village dont dépend la station de sports d'hiver de Meribel. Et là-bas, il y a un prénom qui est sur toutes les lèvres, c'est celui de Jordan. Jordan Lepki, 16 ans. Quand Philippe Lefebvre l’a rencontré, il nettoyait l'étable d'Albert Etievant, un vieux paysan des Allues - une étable comme on en trouve beaucoup à la montagne, sous la maison. Et s'il est là, Jordan, alors que les autres jeunes de Méribel font du ski, c'est qu'il a une passion, un objectif : il veut être agriculteur (interview). Vous allez dire, un jeune qui veut devenir agriculteur, ce n'est pas très original. Sauf que dans sa famille, personne n'est agriculteur et sa mère Lydia n'en revient toujours pas (interview). Albert Ethievent est un paysan comme on les voit dans les films. 6 ou 7 vaches, des tarines. Leur lait sert à la fabrication du Beaufort. Pas de grosses machines chez lui. Par exemple, la paille il la transporte sur le dos dans un grand carré de tissus. Et c'est un sage Albert, face à l'enthousiasme de Jordane, il parle de son expérience (interview). Pour le moment, Jordan est au lycée agricole de La motte servoleix dans la vallée, mais même là, il pense à sa ferme (interview). C'est papa et maman qui vont payer mais ce n’est sans doute pas suffisant. Albert disait tout à l'heure qu'il fallait au moins 40 vaches pour qu'une ferme soit rentable. Alors la solution, elle va peut être venir de la mairie et de Christophe Gacon, maire adjoint des Allues-Meribel et l'homme de l'agriculture à la mairie (interview). Pour eux, l'enjeu est simple. Un agriculteur cela s'occupe de ses vaches, mais aussi entretient l'espace, la montagne, donc les pistes, les prairies en été, avec les vaches et c'est quand même bien mieux que des 4X4 ou des débrousailleuses bruyantes et polluantes. Un dossier de Philippe Lefebvre.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.