Harcelement scolaire
Harcelement scolaire © MaxPPP / Jean-François Frey

C'est aujourd'hui la première journée nationale contre le harcèlement. Elle aura lieu désormais chaque année le 1er jeudi après les vacances de la Toussaint. Un numéro vert est mis en place : le 30 20. Un clip sera diffusé aujourd'hui à la télévision. Le harcèlement concerne environ 700 000 élèves chaque année.

L'idée est de sensibiliser les enfants de 7 à 11 ans et notamment les témoins pour les encourager à dénoncer le harcèlement.C'est ce qui se fait dans une école du 19ème arrondissement de Paris, rue de Tanger.

Une école élémentaire où l'an dernier, il y a eu un cas de harcèlement, comme le raconte Anthony .

Il y avait un garçon qui était en train de harceler quelqu'un dans ma classe : il lui prenait son goûter, l'enfermait dans les toilettes...

En général, les adultes ne repèrent pas tout de suite le harcèlement, ce que confirme le directeur de l'école Laurent Klein .

C'est un phénomène extrêmement difficile à déceler

C'est pour cette raison que les élèves ont un rôle majeur. Ils doivent apprendre à verbaliser au lieu d'en venir aux insultes ou aux coups. Et pour cela, une technique est utilisée dans cette école. Elle vient du Canada. Il s'agit des "messages clairs" . L'élève agressé explique ce qu'il ressent et l'élève agresseur doit restituer le message pour montrer qu'il a bien compris. Exemple avec Yasmine et Naomi qui se disputent en jouant au ballon.

On va faire un message clair puisque tu fais trop d'histoires

Et si cela ne suffit pas, les enfants de cette école peuvent faire appel à des médiateurs . Ce sont des élèves volontaires qui ont été formés, comme Rana par exemple.

On va les emmener dans un endroit calme. On écrit les conflit puis on leur demande de s'excuser, de trouver une solution

Toutes ces techniques aident les enfants à parler. Le climat est beaucoup plus apaisé. La violence n'est plus acceptée. S'il n'y a plus d'élèves suiveurs, il n'y a plus d'élève harceleur. Pour le directeur Laurent Klein , les témoins ont un rôle clé.

Il faut faire prendre conscience à ceux qui sont les spectateurs que c'est eux qui vont pouvoir tirer le signal d'alarme

La meilleure prévention passe par les enfants. C'est ce que dit aussi Nicole Catheline , pédopsychiatre et auteur du Que sais-je sur le Harcèlement scolaire, paru hier aux PUF.

On doit dire quand il y a de la violence. Ce n'est pas cafter, ce n'est pas balancer. Beaucoup d'adultes ne sont pas encore convaincus

Une journée nationale c'est bien mais on le voit, la lutte contre le harcèlement est un travail au très long cours.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.