"L'insécurité est à la mode, c'est un fait". Cette phrase a près d'un siècle puisqu’elle a été écrite en 1907 à la Une de la Petite République. Autrement dit, la délinquance, les voyous nous inquiètent depuis très longtemps. Cette histoire de l'insécurité, le CNRS a décidé d'en faire le thème d'un colloque, le week-end dernier. Pour illustrer ce regard historique sur la délinquance, Sébastien Laugénie a choisi de faire entendre les années 60 et leurs Blousons Noirs qui rappellent étrangement notre époque. Les Blousons Noirs ressemblent en effet par bien des aspects à nos "sauvageons", surnommés comme tel par Jean-Pierre Chevènement. C'est en 1959 que naît l'expression des Blousons Noirs. On est en plein baby boom. Des bandes de jeunes très nombreuses s'en prennent aux passants, apparement sans raison. Son archive de l'INA du 18 août 1959. Les commentaires de l'époque ("rognures de nervis"), ces mots là n'auraient plus leur place aujourd'hui sur France Inter. Pourtant les similitudes entre les 2 phénomènes, entre les Blousons Noirs et nos jeunes délinquants sont nombreuses. Cette comparaison a fait l'objet d'une des recherches de Laurent Mucchielli, sociologue au CNRS. Dans son travail il est notamment question des viols collectifs, ce qu'on a appelé récemment les tournantes, un phénomène dramatique mais qui n'est pas pour autant nouveau. On pourrait ajouter également que les mobylettes des années 60 ont été remplacées par les téléphones portables et que les actes de vandalisme contre les biens publics ne sont pas propres aux années 90 ou 2000. Pour Laurent Mucchielli, dès les années 60, on parle de violences gratuites. Autrement dit, on peine à expliquer cette poussée de violence. Et les analyses les plus obscures surgissent, comme celles du professeur Michon. Ce-dernier donne une explication de type biologique, explication qui pourrait faire sourire. Elle fait pourtant écho à une enquête récente de l'INSERM, dans laquelle l'Institut de la recherche médicale recommandait il y a 15 jours de dépister dès l'âge de 4 ou 5 ans les troubles du comportement, troubles agressifs qui, selon les experts, pourraient parfois mener à la délinquance. Pour être tout à fait juste, les blousons noirs et les jeunes délinquants contemporains ne sont pas en tout point semblables. Les Blousons Noirs ne connaissaient pas les drogues par exemple. Cela étant, l'histoire nous apprend que les soit disant nouveaux délits d'aujourd'hui ne le sont pas tant que ça. Un dossier de Sébastien Laugénie, journaliste spécialisé sur les questions police-justice à France Inter. LIVRE"Le scandale des tournantes" , contre enquête sociologique de Laurent Muchielli - éditions La Découverte.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.