Dans un service de soins palliatifs, on tente d'apaiser l'angoisse du patient
Dans un service de soins palliatifs, on tente d'apaiser l'angoisse du patient © MaxPPP

Le projet de loi sur la fin de vie est examiné en deuxième lecture ce lundi à l’Assemblée nationale. Dans l’unité de soins palliatifs des Diaconesses à Paris, les patients et l’équipe médicale sont confrontés à ces questions douloureuses et intimes.

Comme quoi le consensus souhaité par François Hollande est bien difficile à obtenir... La fin de vie, chacun y apporte son vécu, y projette ses angoisses. Les députés devraient réintroduire ce que les sénateurs ont enlevé, le coeur de la nouvelle loi : la "sédation profonde et continue jusqu'au décès". Une méthode que certains hôpitaux pratiquent déjà dans certains cas.

Les souffrances physiques parviennent dans la plupart des cas à être soulagées, mais qu'en est-il des psychologiques ? La terreur de la fin de vie passe-t -elle aussi par la sédation ? C'est également une demande à laquelle doivent répondre les médecins.

Reportage de Danielle Messager

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.