Le Sahel, sous menace djihadiste depuis presque 20 ans est une des zones les plus dangereuses du monde. Pour lutter contre cette menace, plusieurs forces militaires sont engagées. Les Français de l’opération Barkhane, les casques bleus des Nations Unies alors que les pays de la région ont créé le G5 Sahel en 2016.

Délaissées par l'état central, ces terres forment ainsi un terreau fertile pour le djihadisme, le narcotrafic, les passeurs d'armes, les preneurs d'otages
Délaissées par l'état central, ces terres forment ainsi un terreau fertile pour le djihadisme, le narcotrafic, les passeurs d'armes, les preneurs d'otages © Radio France / Claude Guibal

Le soleil, écrasant et le sable que du sable, au nord, au sud, à l'est, à l'ouest, le même paysage. Des dunes, quelques buissons, le kram-kram et ses épines qui traversent la peau. Sur une petite butte, des véhicules militaires dont les canons sont tournés vers l'horizon. Bras tendu, un homme en treillis balaie le paysage.

"Il faut s'attendre à être attaqué à n'importe quel moment"

"Tout cela, c'est la frontière malienne. Il n'y a pas de balise qui délimite cette frontière, il n'y pas d'arbre, rien. C'est un terrain dépourvu de toute végétation. La vie là-dessus est quasiment impossible", explique le colonel Sidi Ahmed Ould M'Haimid, chef du bataillon mauritanien du G5 Sahel. Il salue ses hommes, dont certains ont le visage drapé dans leurs chèches kaki. Seuls leurs yeux apparaissent. "La menace, reprend-il, ce sont les groupes djihadistes, de l’autre côté de la frontière, les groupes armés. Pour nous, le risque zéro n'existe pas, il faut s'attendre à être attaqué à n'importe quel moment".

Dans cette région, la menace principale porte un nom, AQMI, Al Qaeda au Maghreb islamique, un des nombreux groupes djihadistes qui règnent dans cette immense zone désertique, de l'autre côté de la frontière. Ils sont alliés sous la bannière du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), dirigé par Iyad Ag Hali, ou la katiba Macina, du prédicateur Amadou Koufa, qui aurait été tué dans une opération de l’armée française au Mali, le 24 novembre dernier.

La force conjointe régionale du G5 Sahel attend encore de monter en puissance

Nous sommes dans la zone rouge, près de Nbeiket el Ahouach. C’est là que le poste de commandement du fuseau ouest du G5 Sahel doit être construit. Là où est stationné son bataillon mauritanien. Crée il y a un an et demi, la force conjointe régionale du G5 Sahel attend encore de monter en puissance. Pour fonctionner, elle a besoin d’une mise de départ de 420 millions d’euros, pour équiper et former ses unités, puis d’un fond de roulement de 100 millions supplémentaires chaque année. 

Une broutille, ou presque, au regard des coûts de fonctionnement de la MINUSMA, la force des Nations-Unies au Mali. Mais les promesses de financement par la communauté internationale tardent à se concrétiser.

► Ce reportage est une rediffusion du Zoom de la rédaction du 29 novembre 2018 à retrouver ici 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.