Un quart du pays est situé six mètres en dessous du niveau de la mer. Nous sommes allés explorer les solutions trouvées par la ville néerlandaise face à l'inexorable montée des eaux. Située dans un delta, Rotterdam est particulièrement vulnérable aux crues et condamnée à innover.

Jeroen Kramer, chargé des visites, devant les barrières du Maeslantkering, robot qui protège Rotterdam de l'inondation
Jeroen Kramer, chargé des visites, devant les barrières du Maeslantkering, robot qui protège Rotterdam de l'inondation © Radio France / Marie-Pierre Verot

Depuis la nuit des temps, les Néerlandais ont appris à se protéger des assauts de la mer du Nord. Digues, canaux, polders, vagues de dunes... Un combat incessant. Rotterdam, devenue le premier port d’Europe, constitue un modèle de résilience.

D’ici à 2100, le niveau de la mer pourrait s’élever de 1 mètre à 1,50 mètre. Une montée des eaux qui menace les villes côtières, les villes de delta, particulièrement au Bangladesh, en Inde ou aux États-Unis. Et les délégations internationales se succèdent aux Pays-Bas pour apprendre du pays qui a conquis un tiers de son territoire sur la mer du Nord. Les experts néerlandais sont d’ailleurs appelés en Louisiane, en Indonésie et au Vietnam entre autres. Après les typhons, ouragans ou cyclones, ils viennent aider à reconstruire et redessiner les villes, forts de leurs dix siècles d’expérience.

Reportage de Marie-Pierre Vérot, rediffusion du Zoom du 28 novembre 2019

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.