Il y a une semaine,les journalistes français Hervé Gesquière et Stéphane Taponier étaient libérés après 547 jours de captivité en Afghanistan... Une vie d'otage qui aura donc duré un an et demi.Nasser Madji a rencontré l'un des 2 ex-otages : Stéphane Taponier, qui commence doucement à redécouvrir une vie normale.

Très vite, trop vite peut-être pour en être totalement convaincu, Stéphane Taponier confie : "Je vais très bien. Physiquement je suis un peu à plat, c'est vrai. Mais mon moral est très bon."

Stéphane Taponier c'est le cameraman de l'équipe. Le grand brun à la fine silhouette. Il a 49 ans, plus de 20 ans de métier. Son visage est encore pâle. Et on voit bien qu'il lui manque quelques kilos. Cela fait 7 jours qu'il a recouvré la liberté. Pour l'instant, dit-il, c'est comme un apprentissage. Un retour à la vie mais sans accompagnement particulier.

__ "Je vais très bien. Mon moral est très bon" répète Stéphane Taponier. "J'en ai un peu assez de ce tourbillon médiatique. Mais sinon ça va..." Pourtant, sans que cela soit dit, il y a cette retenue, cette fragilité.. Après avoir enfin embrassé ses proches, sa famille, il lui faut -aussi - se retrouver.

Quand on lui demande s'il fait des cauchemars, après avoir passé tout ce temps pratiquement 24 heure sur 24 dans une pièce étroite, Stéphane Taponier répond que non, qu'il ne fait pas de rève en ce moment quand il dort. Il n'aime rien moins en ce moment que de manger des bonnes choses et surtout toucher, toucher les gens qu'il aime. Après, se retrouver dans un lieu public, dans le métro... C'est encore compliqué.

La vie... brute. Même si Stéphane Taponier -cela dit- y voit peut-être un peu plus clair ce matin, avant-hier il a diné avec Florence Aubenas, ex-otage elle aussi : il ne va pas reprendre son métier de journalisme tout de suite. Il va s'arrêter au moins pendant un an. Pour souffler, dit-il.

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier à leur arrivée en France
Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier à leur arrivée en France © Radio France / F. de la Mure / MAEE
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.