A Marseille, le procès des prothèses mammaires PIP est à mi-chemin. Il doit s'achever le 17 mai, après un mois d'audience. Pour l'occasion, le tribunal correctionnel s'est délocalisé au Centre des Congrès du Parc Chanot pour accueillir suffisamment de victimes et d'avocats.

Jean-Claude Mas, patron de PIP (à g.) comparait à Marseille dans le scandale des prothèses mammaires frauduleuses aux cotés de 4 collaborateurs
Jean-Claude Mas, patron de PIP (à g.) comparait à Marseille dans le scandale des prothèses mammaires frauduleuses aux cotés de 4 collaborateurs © AFP / GERARD JULIEN

Les cinq prévenus, dont le patron de PIP Jean-Claude Mas, sont poursuivis pour tromperie aggravée et escroquerie. Ils encourent jusqu'à 5 ans de prison. ils sont accusés d'avoir volontairement mis sur le marché des prothèses mammaires remplies de produit artisanal fait notamment d'huile industrielle. Des prothèses qui éclatent une fois en place, laissant couler cette substance frauduleuse dans le corps. 

Le procès PIP a nécessité près d'un an d'organisation et a coûté plus de 800 000 euros. Un tribunal délocalisé au Centre des Congrès de Marseille où chacun a pris petit à petit ses habitudes. Mais il semble que le ministère de la Justice ait vu grand. Même si de nombreuses victimes font le déplacement, la plupart des chaises à l'audience restent vides.

Un reportage de Valérie Cantié.

L'équipe
Contact