Les plateformes de vidéo à la demande (VOD) sont désormais la cinquième chaîne de France. Chaque soir, en prime time, 1,7 millions de Français regardent des contenus sur Netflix, Amazon Prime, et consorts. Des services qui provoquent une mutation profonde de notre consommation d'écrans.

Netlifx a désormais 135 millions de clients dans le monde.
Netlifx a désormais 135 millions de clients dans le monde. © AFP / Lionel Bonaventure

Dans le salon de la famille Fournier, la télévision est toujours là, face au canapé. Mais que ce soit les parents, ou leurs trois petites filles, plus personne ne zappe sur les chaînes de télé classiques. Comme dans la plupart des foyers où le géant du web a percé, derrière un même abonnement se cachent en moyenne cinq utilisateurs, et autant de recommandations différentes.

Des histoires pour enfants pour Alexia, des séries plus populaires pour son père Thomas, la Casa de Papel, Narcos, ou encore Orange is the new black qui ont fait les beaux jours de la plateforme. 

Un quart de la consommation en France se concentre sur une cinquantaine de programmes seulement, et la famille ne fait pas exception.

Bientôt des plateformes Apple, Disney et Warner

Si les plateformes de vidéo à la demande se sont imposées dans les foyers, les dernières analyses le montrent, c'est avant tout grâce à leurs catalogues, portés par des productions originales. Mais avec 139 millions de clients dans le monde, Netflix aiguise les appétits de la concurrence. Apple, Disney et Warner, lanceront leur plateforme d'ici à la fin de l'année. De nouveaux arrivants qui marqueront peut être la fin d'un âge d'or pour la vidéo à la demande, obligeant les clients à s'abonner à plusieurs plateformes pour bénéficier d'une offre complète.

La France s'y met

Pour rattraper leur retard sur les plateformes américaines, France Télévisions, TF1 et M6 ont elles aussi pour projet de lancer leur plateforme commune. Elles partaient pourtant il y a dix ans avec une avance considérable. 

"En France, les premiers sites de vidéos à la demande sont arrivés au début des années 2000, rappelle Pascal Lechevallier fondateur de la plateforme TF1 Vision. En 2002, c'était TF1 et Canal Plus. Pourquoi les chaînes françaises n'ont pas réussi à rentrer dans ce jeu-là ? Tout simplement parce que personne n'y a cru. Tout le monde a tourné le dos à la VOD. Et Netflix s'est simplement inscrit dans cette logique-là, de dire : "je passe du support physique au support dématérialisé". Quand on est aux États-Unis, on trouve plus facilement des financements et donc Netflix a pu se lancer sur un marché natif de plus de 300 millions de personnes et ça a marché". 

Pour continuer à occuper les deux premières places du podium, Netflix et Amazon disposent encore d'un atout de poids, 100 millions d'euros de dépenses en marketing en 2018. C'est plus que les budgets de TF1, France TV, M6 et Arte, cumulés. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.