Leipzig est devenue ces dernières années une des villes les plus attractives d’Allemagne.
Leipzig est devenue ces dernières années une des villes les plus attractives d’Allemagne. © Radio France / Cyril Sauvageot

Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, l'Est a-t-il fini de rattraper son retard ? Où en est le développement économique des nouveaux Länder ? La situation est très contrastée selon les régions. Reportage.

S’il est une ville qui fait figure d’exemple, c’est bien Leipzig. Au cœur de la Saxe, le plus dynamique des nouveaux Länder, Leipzig est devenue ces dernières années une des villes les plus attractives d’Allemagne. De plus en plus d’étudiants, d’artistes, de créateurs d’entreprises viennent s’y installer.

Un centre-ville rénové, des espaces industriels transformés en pépinières de start-up ou en salles de spectacle : l’époque de la RDA semble bien loin. Mais cette métamorphose réussie n'est pas vraiment représentative de la nouvelle Allemagne.

Chômage et vieillissement de la population

Au nord de Berlin, la réalité est tout autre. Nous voici dans la région rurale de l’Uckermark, la zone la moins peuplée d’Allemagne, celle où le taux de chômage est le plus fort. À Prenzlau, le chef-lieu, nous rencontrons Franz, 80 ans, qui a passé toute sa vie dans la région :

C’est vrai, beaucoup de jeunes sont partis d’ici après 89. Beaucoup d’emplois ont disparu, dans l’agriculture, dans l’industrie. Tout s’est effondré. Il y a encore un décalage entre l’Est et l’Ouest.

Face à ce double défi – le taux de chômage, environ 15 % à Prenzlau – et le vieillissement de la population, un programme d’aide au retour a été lancé. Arianne Boettcher est chargée de cette agence régionale qui fournit conseils et contacts aux jeunes désireux de revenir s’installer dans la région :

Notre région manque de jeunesse, elle manque de personnel qualifié. Ici, le taux de chômage est encore très élevé, et en même temps, nous manquons de main d’œuvre. Ces besoins, dans la santé par exemple, devrait logiquement permettre de faire baisser le chômage, mais les choses ne sont pas si simples : les besoins sont spécifiques dans certains domaines, et c’est pourquoi il est nécessaire que des gens viennent de l’extérieur.

Ces dernières années, l’hémorragie de population a cessé : les anciens Länder de l’Est ont gagné plus d’habitants qu’ils n’en ont perdu.

Le décalage Est-Ouest subsiste

Autre phénomène, la reconversion de l’agriculture. De plus en plus de fermes bio se développent le long de la frontière polonaise, comme à Brodowin, un village biologique construit dans une ancienne ferme de la RDA. Visite guidée avec Franziska Rutscher :

Au départ, cette ferme est une ancienne installation de la RDA, une "coopérative agricole de production". À la réunification, la décision a été prise de refonder une coopérative, mais avec de nouvelles règles et deux objectifs : créér de l’emploi dans la région, et encourager la protection de la nature. Aujourd’hui, nous employons entre 80 et 90 personnes à temps plein, cela fait de nous le principal employeur de la région.

Malgré ces initiatives, le décalage Est-Ouest subsiste. En moyenne, les salaires sont plus bas en ex-RDA, le pouvoir d’achat y est moins important. Jusqu’en 2019, l’Ouest continuera de soutenir économiquement le développement de l’Est, avec le "Pacte de Solidarité". Près de 2.000 milliards d’euros ont déjà été investis depuis la réunification.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.