Il ont largement contribué à la victoire de Donald Trump en 2016. Aujourd'hui, les agriculteurs du midwest américain subissent de plein fouet les conséquences des guerres commerciales lancées par Washington. Leur vote aux élections de mi-mandat pèsera lourd dans la balance.

Une ferme des environs de Madison, Wisonsin
Une ferme des environs de Madison, Wisonsin © Radio France / Sébastien Sabiron

En 2016, le candidat Trump disait d'eux qu'ils étaient "la colonne vertébrale de l'Amérique". 

Séduits par son discours, plus de 70% des agriculteurs avaient voté pour lui. Comme les ouvriers de la "rust belt" (la ceinture rouillée), les agriculteurs de la "farm belt" (la ceinture agricole) ont largement contribué à la victoire de Donald Trump.

Laverne, agriculteur à Prairie du Sac, Wisconsin
Laverne, agriculteur à Prairie du Sac, Wisconsin © Radio France / Sébastien Sabiron

C'est le cas de Laverne, un fermier dynamique et souriant de 45 ans. Son frère et lui gèrent l'exploitation laitière fondée par leurs parents, à Prairie du Sac dans le Wisconsin. 

Depuis quatre ans, les affaires vont mal. Et la situation ne s'est pas arrangée depuis l'arrivée du milliardaire à la maison blanche : 

Ces deux dernières années ont été plutôt dures. A vrai dire, je n’ai pas gagné d’argent. Je suis juste resté à flot. Les prix du lait, de la viande, du maïs sont bas. Quelque soit votre business, les prix sont bas. Mais je veux laisser sa chance à Trump. Wait and see...

Cette année, le revenu des agriculteurs devrait atteindre son plus bas niveau depuis 2016. Conséquence d'années de surproduction, aggravées ces derniers mois par les guerres commerciales lancées par Washington envers la Chine, l'Europe et le Canada. 

En représailles des taxes douanières imposées par l'administration Trump, la Chine impose ses propres taxes sur les produits américains importés. Et multiplie les mesures de rétorsion. Conséquence : les prix du soja (dont la moitié est exportée) ont chuté drastiquement. 

Joe Keller, producteur de soja à Lake Wisconsin
Joe Keller, producteur de soja à Lake Wisconsin © Radio France / Sébastien Sabiron

Pour Joe Keller, la sentence est lourde. Ce producteur de soja basé près du lac Wisconsin a du prendre un deuxième emploi, pris à la gorge par la chute des cours : 

Dès lors que Trump a commencé à menacer la Chine sur Twitter, les prix ont chuté d'un coup. On n'avait pas besoin de ça. Trump n'en a rien a faire de l'agriculture. Il joue à un jeu qui nous blesse. On n'est que des pions pour lui. 

Le rêve américain d'un vigneron français
Le rêve américain d'un vigneron français © Radio France / Sébastien Sabiron

Pour arrondir les fins de mois, Joe travaille aussi sur le domaine viticole de Philippe Coquard. Ce natif du Beaujolais est citoyen américain depuis 34 ans. Économiquement conservateur, socialement libéral, lui aussi a voté Trump en 2016. Pour la première et la dernière fois assure-t-il :

Économiquement, les choses vont bien. Dans cette partie du Wisconsin, on est à 2,2% de chômage. La méthode Trump est bonne, mais la manière de faire est mauvaise. Il est agressif, impoli, malhonnête, sur la question raciale notamment. Nous avons besoin des travailleurs mexicains, il faut qu'ils soient traités comme les travailleurs américains.   

Deux fermes en moins par jour dans le Wisconsin

Selon le Wisonsin Farmers Union, principal syndicat agricole de la région, deux exploitations laitières mettent la clef sous la porte chaque jour dans l'Etat. Il en reste 8 000, mais la situation ne fait qu'empirer selon Sarah Lloyd, directrice des projets spéciaux pour le syndicat :

Dans mon exploitation laitière, je perds environ 22 000 dollars par mois. De nombreux agriculteurs ont voté pour Donald Trump. Lui, avec ses guerres commerciales, les a vraiment blessés. Certains continueront à le soutenir, il a offert du changement, il ne faisait pas partie de l'establishment. Mais certains agriculteurs commencent à repenser leur vote.

Sur la route de Madison, Wisconsin
Sur la route de Madison, Wisconsin © Radio France / Sébastien Sabiron

Dans cette farm belt pétrie d’incertitude, l’enjeu est majeur pour Donald Trump, premier président républicain élu dans le Wisconsin depuis Ronald Reagan. 

Les résultats des élections de mi-mandat seront un vrai test, pour mesurer la confiance perdue ou non de cette Amérique blanche et rurale qui lui a ouvert les portes du bureau ovale. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.