L'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie relance aujourd’hui sa campagne de communication sur la chasse anti-gaspi, une campagne démarrée en mai 2004. Au départ, il s'agissait de réduire nos émissions de gaz à effet de serre mais aujourd'hui la flambée du baril de pétrole vient souligner plus encore la nécessité de réduire notre consommation d'energie. Et l'histoire bégaie... 1974, premier choc pétrolier... Aujourd'hui, Les puits pétrole de Coulommes sont fermés et le message n'a pas fondamentalement changé. Depuis 30 ans, la consommation d'énergie a continué de croître. Un exemple : On consomme deux fois plus de carburant aujourd'hui que dans les années 70. Pourtant les voitures actuelles sont beaucoup moins gourmandes moins 20%. Mais le trafic continue d’augmenter. Deux véhicules par foyer : c'est presque devenu la règle et les Français se passionnent pour les grosses voitures : de la berline, plus 4% des ventes l'an passé, aux 4X4, près de 10%. Il s'agit donc de rappeler aux Français quelques gestes simples qui ne coûtent pas grand chose et peuvent rapporter beaucoup. Il s'agit aussi d'inciter les français à investir dans les énergies renouvelables. Grâce à ce fameux crédit d'impôt né en janvier dernier : 40% du prix de l'équipement, 50% à compter de janvier prochain. Il ne concerne pas seulement les personnes imposables. Si vous ne payez pas d'impôt l'Etat vous envoie un chèque. Et on sent que le marché frémit notamment pour les panneaux solaires : avec une hausse de 70% des ventes depuis le début de l'année. Mais cette mesure fiscale sera-t-elle suffisante pour que le vent, le soleil, le bois etc réduisent notre dépendance au pétrole et au gaz. Communiquer pour sensibliser c'est bien mais est-ce que ce sera efficace ? Ne vaudrait il pas mieux réduire la vitesse maximale autorisée comme le ministre des transports l'a envisagé ? Ces messages ce sont des paroles, paroles. On a bien l'impression que ça ne sert pas à grand chose. Le prix du pétrole ne serait donc pas encore assez cher !!!!!! Non d'après les spécialistes. Il y a 20 ans il fallait travailler une demie heure au SMIC pour se payer un litre d'essence. Aujourd'hui, 10 minutes suffisent. Et on économise QUE ce qui est rare et cher !!!! Une enquête de Nathalie Fontrel, spécialiste des questions d'environnement à France Inter.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.