Réussir l'ascension des cols mythiques du Tour de France dans la vallée de l'Oisans, et tout cela sans entrainement et sans effort, c'est désormais possible grâce aux vélos à assistance électrique. Ils sont devenus incontournables sur les routes de l'Isère

À Bourg d'Oisans les vélos électriques sont incontournables chez les loueurs
À Bourg d'Oisans les vélos électriques sont incontournables chez les loueurs © Radio France / Philippe Lefebvre

Sur les routes de l’Isère, et surtout dans les cols de l’Oisans qui ont fait la légende du Tour de France : la Croix de fer, le Glandon, Ornon ou encore la terrible montée de l’Alpes d’Huez avec ses 21 virages, on peut assister à une véritable révolution. En effet ces routes ne sont plus réservées à quelques poignées de cyclistes amateurs très entraînés.

Désormais ces derniers partagent le bitume avec des cyclistes bien moins aguerris qu’eux mais qui semblent se jouer des kilomètres et des ascensions, et pour cause. Ils utilisent des vélos à assistance électrique (Vae). 

Inconnus il y a dix ans, ces vélos sont aujourd’hui incontournables. Les chiffres sont là pour le prouver : dans le seul département de l’Isère il s’est vendu, en 2017, 9 000 vélos à assistance électrique, soit une progression de 95 % en un an. Et plus largement en France les ventes ont progressé de 42 %, là encore en un an, faisant de l’hexagone le quatrième pays européen le plus équipé en vélos à assistance électrique, selon la Confédération Européenne du Cycle.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas d’un côté ces nouveaux cyclistes qui utilisent un petit moteur et de l’autre les amateurs plus traditionnels qui souffrent dans l’ascension d’un col et qui regardent passer les premiers avec un certain mépris. Au contraire, explique un loueur de vélos du centre de Bourg d’Oisans, "cela permet de transformer une aventure solitaire en véritable moment de partage. On voit de plus en plus des couples ou des groupes d’amis rouler ensemble, chose qui était impensable il y a encore cinq ans."

Rencontre au sommet du col d'Ornon entre cyclistes traditionnels et utilisateurs de VAE
Rencontre au sommet du col d'Ornon entre cyclistes traditionnels et utilisateurs de VAE © Radio France / Philippe Lefebvre

Toutefois relativise un autre commerçant "pour le moment la location des vélos à assistance électrique ne représente que 5 % des locations (entre 40 et 50 euros la journée) mais cela devrait progresser dès que sera réglé le problème de l’autonomie des batteries".  

Dans l’Oisans on a toutefois trouvé une solution à ce problème en installant des bornes de recharge rapide aux pieds de certains cols. Ces bornes se trouvent généralement près d’un commerce. Les propriétaires possèdent tous les câbles permettant de connecter n’importe quelle marque de batterie sur la borne, et après à peine une heure de recharge les cyclistes peuvent reprendre la route. Un service totalement gratuit.

Mieux encore, utilisateurs de VAE et cyclistes traditionnels peuvent aussi se retrouver chaque mardi matin pour participer à "l’Oisans Col Série". Le principe est simple, pour l’occasion la route est interdite aux voiture pendant toute la matinée ce qui permet ainsi aux cyclistes de profiter pleinement de la route et du paysage. Une bonne occasion pour faire des rencontres (y compris avec des équipes professionnelles à l’entrainement) lors du ravitaillement généreusement offert au sommet du col par Oisans tourisme

Rencontre entre cyclistes traditionnels et utilisateurs de VAE au sommet du col d'Ornon
Rencontre entre cyclistes traditionnels et utilisateurs de VAE au sommet du col d'Ornon © Radio France / Philippe Lefebvre

Et André Salvetti, le maire de la ville, se prend à rêver d’un temps sans doute pas si lointain ou Bourg d’Oisans, ville traditionnelle de départ d’étape du Tour de France, organisera sa propre compétition amateur réservée aux vélos à assistance électrique. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.