L'avion accidenté du président Habyarimana en 1994
L'avion accidenté du président Habyarimana en 1994 © Reuters

Il y a vingt ans, le 7 avril 1994, débutait le génocide rwandais. En l'espace de trois mois, 800.000 personnes furent exterminées. Aujourd'hui, les plaies sont loin d'être refermées.

Vingt ans après le génocide, France Inter vous emmène à Nyamata, au sud de Kigali. La romancière Scholastique Mukasonga y a perdu 27 membres de sa famille. Sur place, les ruines de leur maison, au bout d'une piste défoncée et impraticable. Sur place, plus aucune trace de vie...

Vingt ans après, la mémoire de 2.500 Tutsis tués à la machette, alors qu'ils s'étaient réfugiés dans l'église du village. vingt ans après, on trouve dans le bâtiment les vêtements des victimes, et leurs crânes, témoignages de la violence du massacre. L'église est devenue une mémorial.

Blessure ouverte

Les commémorations du génocide se déroulent ce lundi à Kigali et la France devrait briller par son absence. Paris a en effet annulé sa participation après avoir été une nouvelle fois accusée par le président Paul Kagamé d'avoir joué un rôle dans les massacres de 1994.

Dans un entretien au magazine Jeune Afrique, le président du Rwanda affirme que des militaires français, et la France, ont été "acteurs" du génocide des Tutsis et des Hutus modérés, qui a fait environ 800.000 morts entre avril et juillet 1994. Des accusations démenties à maintes reprises par le Quai d'Orsay.

► ► ► A ECOUTER | Le 7/9 de Patrick Cohen en direct de Kigali ce lundi

Rwanda
Rwanda © Idé
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.