Les collectifs unitaires doivent désigner leur candidat à la présidentielle ce week-end. Ces collectifs réunissent des altermondialistes, de simples citoyens membres d'associations, des trotskistes, des communistes, certains verts et certains socialistes. Ils se sont rassemblés sur le NON au traité européen, et maintenant ils doivent trouver le nom de leur candidat. A l'Isle sur la Sorgue dans le Vaucluse, il existe l'un des plus anciens collectifs. Dans ce collectif, ils sont une petite vingtaine. Ils se réunissent tous les lundis soirs à la MJC de l'Isle sur la Sorgue. Il y a là une majorité de "non encartés" - des gens qui ne sont pas dans un parti, mais aussi 2 militants communistes, 2 verts et 1 membre de la LCR. Ils se sont trouvés il y a 2 ans, dans les manifs contre le traité européen, ensuite, ils se sont battus contre le CPE, et ils sont restés ensemble pour la présidentielle. Yvette est une prof de fac à la retraite. Paul-André est ambulancier. Ils n'ont jamais adhéré à un parti ou à un syndicat (interview). Les « collectivistes », c'est comme ça qu'ils s'appellent, ont empêché la construction d'une plateforme logistique de camions près de l'Isle sur la Sorgue. Ils essayent de municipaliser l'eau. Mais en ce moment, ce qui les préoccupe, c'est bien sûr, le choix de leur candidat. Dans ce collectif, ils se sont prononcés pour Yves Salesse. Deux d'entre eux vont monter à Paris ce week-end, pour dire QUI ils ont choisi, mais aussi pour réclamer la fin des hostilités entre les « chefs » (interview). Et c'est compliqué quand on est nombreux et différents. José Bové s'est retiré de la course. Marie-Georges Buffet est contestée par les autres candidats. Et certains accusent le PC de « coloniser » les collectifs – ça, ça fait peur à Yvette (interview). Voilà un aperçu du choc des cultures entre ceux qui sont encartés et les autres. Au cours de cette réunion, Marie-Jo a pris la parole plusieurs fois pour tenter de justifier les positions de son parti. Elle est communiste (interview). ça grince beaucoup moins avec les verts - peut-être parce qu'ils fonctionnent un peu de la même manière. Jean-Louis trouve son compte entre son poste d'adjoint au maire « vert » et le collectif (interview). Pendant cette réunion, les collectivistes ont phosphoré sur l'organisation d'un petit meeting où ils devront répondre à des questions qui tournent autour de... la présidentielle... Et oui, ils n'en sortent pas (interview). Voilà. On laisse le collectif de l'Isle sur la Sorgue sur ces questions existentielles. Ce dimanche, ils devraient avoir UN candidat pour défendre leur projet. C'était leur gimmick à chaque question sur la présidentielle : « notre candidat c'est LE projet ». Mais à force de tergiverser, on l'a un peu perdu de vue leur projet. Un dossier d'Anne-Laure Dagnet.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.