C'est l’ultime épisode du feuilleton de l'ONU sur le climat : Copenhague acceuille le sommet de la dernière chance. Celui qui doit enfin décider de nouvelles réductions des émissions de gaz à effet de serre pour tenter d'enrayer le changement climatique. On connait les effets de l'accumulation de gaz carbonique sur la température de l'atmosphère. On connait moins les dégâts que cela peut provoquer dans les océans. Direction la mer Méditerrannée, dans la rade de Villefranche-sur-mer, sur l'un des terrains de recherche de la station zoologique où travaille Steeve Comeau (interview). Le Ptéropode est un mollusque planctonique qui sert de cobaye aux chercheurs. Il ressemble à un escargot avec deux petites nageoires. Sa coquille est faite de calcaire. Le calcaire ne supporte pas l'acide. Or les océans deviennent de plus en plus acides. Jean-Pierre Gattuso est coordinateur du projet européen sur l'acidification des océans (interview). Comment les chercheurs arrivent-ils à de telles conclusions ? Direction le laboratoire de Steeve Comeau, avec nos ptéropodes prélevés en méditerrannée. Cette fois ci, ils naviguent dans des aquariums (interview). Les ptéropodes ne sont pas les seuls victimes. Un peu plus loin, Cony Mayeur travaille sur les coraux d'eau profonde. Même système : elle injecte du gaz carbonique dans les bacs de culture (interview). Plus de coraux, plus de plancton à coquille calcaire et alors ? Le plancton c'est juste le début de la chaîne alimentaire. C'est grâce à lui que vous mangez du poisson et puis vous aimez les huîtres et les moules ? Alors question à Jean-Pierre Gattuso : ces coquillages peuvent-ils être victimes de l'acidification des océans ? (interview) ___Un reportage de Nathalie Fontrel.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.