L'Etat ne veut plus de centrales à charbon en fonction en France. Le sort des 4 dernières en activité sur le territoire semble donc scellé. Pourtant au Havre, salariés et direction de la centrale, écologistes et élus locaux se mobilisent pour la reconversion des sites en production d'énergie biomasse. En vain ?

Les syndicats espèrent convaincre l'Executif de prolonger l'expérimentation EcoCombust
Les syndicats espèrent convaincre l'Executif de prolonger l'expérimentation EcoCombust © AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Le gouvernement a dit NON au maintien des quatre dernières centrales à charbon du pays. Un souhait de longue date d'Emmanuel Macron, confirmé par François de Rugy, le ministre de la Transition Écologique. Cordemais en Loire-Atlantique, Gardanne dans les Bouches-du-Rhône, Saint-Avold en Moselle et Le Havre en Seine-Maritime, devront fermer leurs portes en 2022.

Pourtant EDF étudie des pistes de reconversion des sites, pour créer de l'énergie verte à partir du reconditionnement des déchets végétaux et de certains bois, bois dits de "classe B", comme le bois utilisé par un certain fabricant de meubles en kit. "On peut brûler désormais des choses avec un mix de combustibles et un tout petit peu de charbon, c'est une vraie alternative où on peut être fier d'être exemplaire dans la transition écologique et en polluant bien moins qu'on ne le fait aujourd'hui", confirme Cyril qui travaille à la centrale du Havre depuis 18 ans. Cette alternative, c'est EcoCombust. Un processus en expérimentation par EDF à la centrale à charbon de Cordemais, pour produire de l'énergie biomasse.

Une reconversion soutenue par les écologistes

Une alternative qui se veut même écologique selon Frédéric Guérin, le secrétaire CGT de la centrale : "Si on produisait avec EcoCombust, on réduirait notre impact carbone. Celui de nos centrales à charbon sur le territoire représente actuellement d'environ 1,5% des émissions. C'est déjà peu et avec EcoCombust, il serait divisé par 30." Les syndicats craignent aussi qu'en cas de besoin, la France se retrouve à devoir acheter de l'énergie chez nos voisins, en Allemagne par exemple où les centrales à charbon ont un impact carbone supérieur à celui des sites français.

Mais EcoCombust utilise encore du charbon pour produire cette énergie. "M. Macron dit ne plus vouloir aucune trace de charbon", se désole Christian, salarié d'EDF depuis 12 ans. Pourtant, cette solution de reconversion n'est pas portée que par  l'entreprise et ses salariés. Elle a aussi le soutien d'associations écologistes locales, Ecologie pour Le Havre dont Annie Leroy est la vice présidente : "nous sommes contre les combustibles fossiles mais nous sommes malgré tout pour le maintien de cette centrale thermique. On est tout à fait à fond dans un projet comme EcoCombust. Par exemple à Cordemais, ils sont arrivés à 80% de biomasse et 20% de charbon. Il faut quand même être raisonnable."

Défendre une alternative

Du côté des salariés, on ne comprend pas la décision du gouvernement. "L'incohérence qui consiste à fermer radicalement comme ça, sans se soucier des alternatives possibles paraît quelque chose de pas très logique pour les gens dans la région", explique Cyril. Des centaines d'emplois directs et indirects dépendant de l'activité de la centrale du Havre. "Dans ce qu'on appelle la manutention en vrac au niveau du port, il ne reste plus que le charbon. Si on arrête le charbon, ça aura aussi un impact économique sur le port", précise Christian.

Et Cyril de conclure : "de toute manière on a pas le choix aujourd'hui vu l'état de la planète. C'est une conviction, c'est pas une posture. C'est une obligation aujourd'hui d'avoir un œil tout particulièrement attentif à l'écologie. On ne défend pas notre petit pré carré, notre outil industriel. On défend une alternative pour nos concitoyens."

LIRE AUSSI

Près de la moitié des centrales au charbon dans le monde ne sont pas rentables

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

À l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.