Vendredi la Coupe du Monde de football débutera en Afrique du Sud. C'est une première pour le continent africain qui espère tirer profit du plus grand événement sportif après les Jeux Olympiques. "C'est la plus grande opération marketing de notre temps ". Voilà ce qu'avait déclaré Jacob Zuma lors de ses vœux à la Nation. Le président sud-africain espère ainsi donner une image plus positive du pays. Les observateurs internationaux avaient émis des doutes sur sa capacité à organiser l'événement à cause des problèmes de criminalité et de transport, mais l'Afrique du Sud se dit prête et elle sera très observée. Selon la FIFA, la fédération internationale de football, 30 milliards de téléspectateurs regarderont les 64 matches. On a pu constater l'engouement des Sud-Africains pour cet événement qu'ils attendent avec impatience (Interview). Est-ce que cette Coupe du monde est sucéptible de doper l’économie du pays ? A priori, non. C'est tout du moins la conclusion d'une étude menée par la Bank of America sur les 14 dernières coupes du monde. En fait, l'année de la compétition, la croissance économique est plus faible que celle constatée en moyenne 2 ans avant et 2 ans après car d'une part, on surestime l'apport touristique et d'autre part, on sous-estime le coût des travaux, au moins 30% pour l'Afrique du Sud. Ecoutez ce qu'en dit Alain Renard de la chambre de commerce de Johannesburg (Interview). ____Un reportage de Nour-Eddine Zidane, envoyé spécial à Johannesburg.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.