Au Brésil, la communauté LGBT brésilienne a été sidérée par l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. Les cinq premiers jours de son arrivée au pouvoir, la cause LGBT a été retirée du Ministère des droits de l'Homme. Parmi les artistes, la résistance s'organise.

La gay pride 2018 de San Paulo au Brésil
La gay pride 2018 de San Paulo au Brésil © Getty / Rebeca Figueiredo

Le Brésil est tristement célèbre pour être le plus violent envers la minorité LGBT. Les déclarations homophobes du nouveau de Jair Bolsonaro ont eu pour effet de banaliser les insultes et ont libéré un peu plus les paroles de haine contre la communauté. Mais les artistes tentent par tous moyens de défendre les homosexuels, lesbiennes, transexuels ou travesties. 

Edgar, rappeur de Sao Paulo : "Le Brésil est considéré comme le pays le plus gay au monde !!! Les recherches les plus populaires sur les sites porno sont :  'Travestis' et 'Transsexuels'… en même temps  c’est aussi le pays qui tue le plus de LGBT  au monde… c’est absurde ! Les gens se masturbent sur des travestis et en même temps ils les tuent ! C’est contradictoire ! L’homme brésilien regarde ces vidéos avec sa femme à côté mais dans la rue il ne supporte pas la présence des Trans et des Travestis."

Retrouvez  ici  le reportage complet de Mathieu Culleron à Sao Paulo.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.