Le stade Vélodrome à Marseille.
Le stade Vélodrome à Marseille. © Radio France / Philippe Randé

Ils vendent eux-mêmes les 28.000 places des virages du Vélodrome, ils gèrent la sécurité... Les supporters marseillais ont la mainmise sur "leur" tribune, au point de devenir des supporters professionnels. Enquête ce vendredi soir à 19h20 dans Secrets d'info.

Depuis la fin des années 1980, et l’arrivée de Bernard Tapie à la tête du club phocéen, ces supporters ont un pouvoir unique en France : ils ont en charge la billetterie des virages. Le principe ? L’Olympique de Marseille (OM) vend les cartes d’abonnements donnant accès aux 19 matches de Ligue 1 à domicile au prix de 145 euros. Les associations de supporters, elles, les revendent entre 170 et 190 euros à leurs adhérents. Une somme conséquente qui permet aux clubs de supporters de gagner beaucoup d’argent.

Une double-billetterie lucrative

Certaines associations ont même mis en place un sytème artisanal de double-billetterie. En plus de vendre les abonnements en début de saison, elles vendent des places au match, ce qui est totalement illégal. Certaines louent parfois les cartes d'abonnements, en demandant une caution avec une carte bancaire. D'autres donnent même des contremarques sur un vulgaire bout de papier.

► ► ► LIRE AUSSI | Coup d'envoi pour le Vélodrome 2.0

Par ailleurs, l'OM préfère laisser l'aspect sécuritaire des virages aux chefs des supporters, qui connaissent mieux leurs adhérents. Pour Vincent Labrune, le président du club, ce système a "moins d'inconvenients que d'avantages". Les incidents sont en effet rarissimes au stade Vélodrome. Un bémol toutefois, selon la police, les groupes de supporters font régulièrement rentrer plus de personnes qu'il n'y a de sièges, ce qui pose des problèmes de sécurité.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.