Série : L’été en vacances

Peut-être faites vous partie de ces personnes qui grillent sur leur serviette sans oser se baigner ou bien qui vont dans l'eau mais seulement jusqu'aux genoux.

Le nombre de français pour qui la baignade est un cauchemar est beaucoup plus important qu'on ne le pense.

Unfrançais sur dix serait "aquaphobe", autrement dit souffrirait d'une angoisse incontrôlable dans l'eau (ce qui fait quand même des millions de personnes). Et même 1 sur 4 quand la peur consiste seulement à mettre la tête sous l'eau, là où on a pas pied.

Si vous faites partie de ces français(es) : cessez de passer vos étés sous votre parasol.

Des solutions existent.

Sandrine Oudin a testé un stage à Paris pour vaincre sa peur. Il en existe partout en France.

Nous sommes dans une piscine du 6e arrondissement de Paris. Lucilia descend tout doucement dans le petit bain avec ses bracelets gonflables généralement réservés aux enfants.

Lucilia rejoint Sandrine, déjà dans l'eau mais visiblement pas très à l'aise non plus. Mer ou pisicine, la baignade la tétanise.

Ici les maîtres nageurs sont dans l'eau, dans le petit bain, avec les stagiaires.

Véronique dufresnes est co-fondatrice de l'association.

Les origines de la peur de l'eau sont multiples. Maitre nageurs indélicats, accident, héritage familial.. Voir même traumatismes de la naissance. Le docteur Yves Sida, psychiatre et spécialistes des phobies en est convaincu.

Quelque soit l'origine de sa phobie, le plus de plus dur est de pousser la porte d'une association.

Pour Sandrine comme pour les autres, c'était le plus difficile.

__

"Cette honte est relativement courante" Jean piere boumati fondateur du pied dans l'eau.

__

Les plus frileux ce sont les hommes. Ils sont rares dans ces stages. Et pourtant ils souffrent de la même chose, avoue ce quadragénaire

__

L'intérêt du stage est comprendre : 1 - qu'on est pas seul et 2 - que l'eau vous porte. La technique de nage est totalement secondaire.

De quoi donner plein d'espoir à notre lucilia tjours avec ses petits bracelets. Mais dans le grand bain.

Demain : Faut-il faire travailler les enfants l’été ? avec E. Daviet Les liens

Pour se jeter à l'eau avec le sourire

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.