« Si je suis président de la République, la France aura un second porte-avions » disait hier Nicolas Sarkozy à Toulon. Depuis 7 ans et la vente du Foch aux Brésiliens, la marine française n'a en effet qu'un seul porte-avions, Le Charles de Gaulle. A quoi sert un porte-avions ? Le Charles de Gaulle quittera justement Toulon dimanche pour une nouvelle mission de 4 mois en Océan Indien. Que va t-il faire exactement ? La guerre. Il va notamment passer quelques semaines au large des côtes pakistanaises pour soutenir les troupes de l'Otan en Afghanistan. Le bâtiment embarque une trentaine d'avions et 500 tonnes de munitions, dont des bombes nucléaires. L'an dernier, durant 3 semaines, les chasseurs du Charles de Gaulle ont effectué prés de 2.000 sorties au-dessus du territoire afghan. Mais pour faire cela, le porte-avions n'est pas seul. Il est accompagné d'une dizaine de navires : la Task Force 473, des frégates dont une espagnole, un sous-marin, un pétrolier qui le ravitaillent en vivres et le protègent sur un périmètre impressionnant. Le Capitaine de Frégate Pierre Vandier est commandant adjoint opérations à bord (interview). Le porte-avions n'est pas qu'un outil militaire, comme le confirme Pascal Boniface, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques - c'est aussi une ambassade itinérante de 40.000 tonnes (interview). L'an dernier, le groupe aéronaval s'est entrainé avec les militaires saoudiens, indiens, pakistanais, ou encore émiratis. Cette année, les Saoudiens sont à nouveau au programme. D'autres devraient s'ajouter. Les marins français vont aussi s'entrainer avec leurs homologues américains, notamment au large de l'Iran. Car il faut savoir qu'il y a 13 porte-avions dans le monde actuellement. Tous sont américains sauf 1, le nôtre. Et si l'on en croit le Pacha du Charles de Gaulle, le capitaine de Vaisseau Denis Béraud, les Américains apprécient la collaboration avec les « frenchy » (interview). Le groupe aéronaval sera donc de retour en juin. Et ensuite ? Après 8 années de navigation, le Charles de Gaulle va entrer comme disent les marins en IPER - indisponibilité pour entretien et réparations. 18 mois en cale sèche pour réviser les 2 cœurs nucléaires, remettre à niveau certains équipements et changer l'une de ses hélices. Un chantier colossal sous la direction de l'Amiral Philippe Sautter (interview). Donc la France ne disposera plus de porte-avions durant près de 2 ans. Et l'Europe non plus. C'est bien la raison pour laquelle, la Marine en réclame un second et espère le réceptionner en 2015, pour la prochaine IPER du Charles de Gaulle. Un dossier de Stéphane Fort.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.