Avec ses 58 réacteurs, dont certains en fin de vie, la France doit trouver comment gérer les déchets radioactifs. Pour les plus dangereux, la loi de 2006 a prévu de les stocker à 500 mètres sous terre dans la Meuse. Comment seront déposés les colis ? Quelles protections pour les générations futures ?

Cigéo, un projet d'enfouissement de déchets nucléaires mené par l'ANDRA
Cigéo, un projet d'enfouissement de déchets nucléaires mené par l'ANDRA © AFP / François Nascimbeni

Pour y parvenir, il faut compter sept minutes de descente en ascenseur : le laboratoire souterrain d'étude sur le stockage des déchets radioactifs est conçu comme une réseau de galeries voûtées, creusées dans une roche argileuse. Une formation géologique choisie pour sa capacité à confiner la radioactivité.

Si le projet est autorisé, c'est ici, dans ces galeries, que seront stockés les déchets les plus hautement radioactifs et ceux à vie longue. Même si ces déchets sont enveloppés d'une matrice de verre, elle-même protégée par un fut en inox, ils resteront radioactifs pendant 10.000 ans, 100.000 pour certains. Comment vont-ils se comporter une fois déposés sous terre, comment la roche va t-elle encaisser la chaleur dégagée ? C'est ce qui est étudié ici depuis près de 20 ans.

Un travail de titan, et des risques à évaluer

En plus du comportement de la roche et des colis, l'ANDRA a dû démontrer que son stockage serait réversible. Les colis, empilés façon Tetris, doivent pouvoir être ressortis, comme l'exige la loi depuis 2016. Un travail de titan si l'on songe que le remplissage des galeries est prévu sur 100 ans.

Quant aux risques auxquels on n'aurait pas pensé, ou qu'on aurait mal évalués, ils planent au dessus de Cigéo comme une épée de Damoclès. Il suffit de penser à Stocamine en Alsace, où des déchets toxiques enfouis à 500m de profondeur ont pris feu en 2002. Une bombe à retardement pour l'environnement, selon un récent rapport parlementaire.

C'est justement au vu d'un risque d'incendie trop important qu'il a été décidé de ne pas descendre sous terre à Cigéo les colis bitumés (des boues radioactives enrobés de bitumes). Soit 18 % de ce qui doit être stocké.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.