Un mois après la révélation de l'affaire, les témoignages se multiplient contre Denis Baupin.
Un mois après la révélation de l'affaire, les témoignages se multiplient contre Denis Baupin. © MaxPPP / Vincent Isore

Il y a un mois, le 9 mai, France Inter et Mediapart publiaient les témoignages de quatre femmes dénonçant des faits pouvant relever d’agression ou de harcèlement sexuels de la part du député écologiste Denis Baupin. Quelques heures après nos révélations, le président de l’Assemblée Nationale Claude Bartolone lui demandait de quitter ses fonctions de vice-président de l’Assemblée, le parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire et Denis Baupin déposait plainte contre France Inter et Mediapart. Le 2 juin dernier, trois de ces quatres premières femmes interviewées ont déposé plainte contre Denis Baupin. Un mois après, France Inter a donné la parole aux différents intervenants de cette affaire : plaignantes mais aussi associations d’aide aux femmes.

En un mois la parole s’est libérée et les témoignages spontanés se sont multipliés. Les politiques ont multiplié les prises de positions, le débat a été vif au sein de la famille écolo, EELV ou écologistes de l’UDE ralliés au gouvernement.

Rappelons que Denis Baupin et son avocat ont d’abord refusé de répondre à nos questions avant d’accepter le samedi 28 mai de recevoir notre reporter. Mais les conditions posées à ce dernier l’ont conduit à refuser l’entretien, estimant que les conditions déontologiques n’étaient pas réunies.

►►► ALLER PLUS LOIN || Affaire Denis Baupin : cinq nouvelles femmes témoignent

►►► ALLER PLUS LOIN || Le téléphone sonne - Du sexisme au harcèlement sexuel : les dérives

►►► ALLER PLUS LOIN || Le rendez-vous du médiateur sur Denis Baupin

►►► ALLER PLUS LOIN || Le rendez-vous du médiateur - Affaire Baupin : manipulations ?

►►► ALLER PLUS LOIN ||Aller plus loin : Harcèlement et agressions sexuelles en politique : le règne de l’omerta

►►► ALLER PLUS LOIN || La mécanique médiatique : l’affaire Denis Baupin

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.