A un mois du coup d’envoi de la coupe du monde de football, le 9 juin prochain, l’Allemagne est-elle prête à accueillir cet évènement ? Quels sont les espoirs des Allemands à l’approche de cette compétition, l’organisation sera-t-elle à la hauteur de l’enjeu ? Comment se présente ce Mondial 2006 ? Du point de vue de l’organisation, ce qui frappe d’abord c’est l’ampleur des moyens déployés pour en assurer la réussite et la sécurité. Sur le plan des infrastructures d’abord, la modernisation des stades a coûté 1 milliard et demi d’Euros. On pense notamment à l’Allianz-Arena de Münich (76.000 places) ou au stade olymique ici à Berlin qui peut accueillir 66.000 spectateurs. Certaines associations de consommateurs ont pourtant exprimé des doutes, mais on voit bien que c’est la préoccupation majeure des organisateurs et des pouvoirs publics. Klaus-Peter Sick, du centre franco-allemand de recherches en sciences sociales : Extrait interview de Klaus-Peter Sick : « C’est la grande question dans le contexte actuel, où chacun a peur et en particulier nos ministres de l’intérieur, à la fois des Länder et du Bund (…) - reste sans doute l’une des images les plus fortes pour la conscience collective de l’Allemagne et on veut éviter à tout prix que des choses telles se reproduisent ». Autre sujet de débat, c’est d’ailleurs un peu le cas à chaque coupe du monde, la billetterie. Un peu plus de 3 millions de tickets ont été proposés au cours des différentes phases de vente. Mais bien sûr il n’y en a jamais assez, la demande a été jusqu’à 20 fois plus forte que l’offre. La dernière phase de vente a commencé au début de ce mois, il est donc encore possible de se procurer des billets. Ce que chacun souligne en tout cas, ce sont les bonnes perspectives économiques liées à l’arrivée des visiteurs étrangers. On pense notamment à l’industrie du tourisme. Fin avril, un million de nuitées avaient déjà été réservées pour ce Mondial. Gabriele Maessen dirige l’un des hôtels les plus importants du centre de Berlin, le Westin Grand, sur la Friedrichstrasse : Extrait interview Gabriele Maessen : « On va surtout avoir plus de sponsors, on va avoir les équipes de football qui sont une clientèle différente, on a normalement des businessmen (...) ...mais aussi pour la clientèle qui est dehors, on a des restaurants où on présente ça, ils peuvent venir, ils peuvent voir les matches de football. » En ce qui concerne directement le football, qu’attendent les Allemands de cette coupe du monde ? Ils espèrent évidemment un bon résultat de leur équipe nationale, ils le voudraient bien, mais ils s’interrogent sur la capacité de la Mannschaft. Et chacun a son idée sur ce qu’il faudrait faire pour que l’Allemagne s’impose face à l’ensemble des autres nations, comme l’explique Hartmut Marhold, directeur du centre international de formation européenne. Extrait interview Hartmut Marhold : « Il y a 80 millions de petits entraîneurs nationaux… (…) ...une équipe allemande qui est dispersée dans des équipes des grandes métropoles allemandes, qui elles sont devenues des équipes internationales, internationalisées. » Au-delà des critiques, souvent très virulentes contre le patron de l’équipe allemande Jürgen Klinsmann, les Allemands attendent d’un bon parcours de leurs joueurs dans ce mondial un nouvel élan pour le pays. Le journaliste Christophe Nesshoever, du quotidien Handelsblatt. Extrait interview de Christophe Nesshoever : « Klinsmann est arrivé fin 2004, au moment où le pays commençait à se réformer (…) ...si on peut montrer dans le football que des changements nous amènent à des victoires, ça pourrait aussi marcher pour le pays ». Le résultat de l’équipe allemande dans ce mondial est donc un véritable enjeu pour la classe politique en Allemagne, où la coalition issue des élections de septembre dernier fonctionne pour l’instant sans à-coups. Un dossier de Bertrand Gallicher en direct de Berlin en Allemagne.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.