israël suspend les négociations avec les palestiniens après l'accord hamas-olp
israël suspend les négociations avec les palestiniens après l'accord hamas-olp © reuters

Les Américains avaient donné neuf mois aux deux camps pour signer un accord de paix définitif. Mais cette initiative, dont la date butoir tombait le 29 avril dernier, a échoué. Explications.

En Israël, personne n'a jamais vraiment cru au succès de la démarche américaine. Le secrétaire d'État John Kerry a effectué plus d'une douzaine d'allers-retours dans la région, s'est entretenu 34 fois avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et une soixantaine de fois avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Mais il n'y a jamais eu la moindre avancée. Alors pourquoi cet échec était-il prévisible ?

Les deux camps s'accusent mutuellement

Les Palestiniens pointe du doigt la colonisation israélienne, qui n'a jamais cessé pendant ces neuf mois de négociations : 14.000 unités ont été planifiées, selon l'ONG israélienne "La Paix Maintenant" (classée à gauche).

►►► ALLER PLUS LOIN |Israël-Palestine : la paix à nouveau en pause

Le gouvernement israélien, de son côté, accuse la partie adverse de ne pas souscrire à une condition sine qua non : reconnaître l'État d'Israël comme un Etat juif. Ce refus est la preuve, selon Emmanuel Navone, professeur de sciences politiques, proche de la droite, que les Palestiniens n'ont "jamais été prêts à une paix durable".

Que peut-il se passer maintenant ?

Chaque camp s'est désormais replié sur lui-même. Les Palestiniens ont décidé de "mettre de l'ordre" dans leur propre maison, en se réconciliant entre frères ennemis : les islamistes du Hamas et l'OLP viennent de signer un accord de partage. Le gouvernement israélien, lui, réfléchit à inscrire dans les lois constitutionnelles l'État d'Israël comme État juif.

Toutefois, les Américains n'ont peut-être pas dit leur dernier mot. Barack Obama est encore pour deux ans et demi au pouvoir. Et une fois passées les élections de mi-mandat en novembre, il n'aura plus grand chose à perdre.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.