Ils sont environ 23 000 sur 800 000. La plupart travaillent dans les collèges ou lycées. Aurélie Dauvin est une enseignante aveugle. Elle vient d'écrire un livre intitulé « A perte de vue », aux éditions Max Milo. Son parcours est à la fois extraordinaire parce qu'elle s'est beaucoup battue et en même temps très ordinaire. Cette jeune femme de 36 ans a passé son Capes à l'âge de 21 ans. Elle l'a eu du premier coup. Elle est devenue professeur de français et enseigne aujourd'hui dans un lycée de Charleville Mézières. Aurélie Dauvin est totalement aveugle mais entre l'âge de 6 mois et de 18 ans, elle était simplement mal-voyante - c'est-à-dire qu'elle percevait la lumière d'un oeil. Elle percevait le quart d'un dizième. Et ça lui a permis d'apprendre à lire et à écrire le nez collé sur les cahiers. Ses parents ont toujours refusé de l'envoyer dans des écoles spécialisées et l'ont élevée comme son frère jumeau et sa soeur. Elle a donc accédé au métier qu'elle voulait faire. Non sans difficulté (interview). Ce n'est pourtant pas le discours tenu par le ministère de l'Education nationale, d'autant que pour la première fois cette année, des postes ont été réservés aux concours pour les candidats en situation de handicap : 100 postes dans le premier degré, 100 postes dans le second degré. L'objectif est de recruter davantage de personnes handicapées, selon deux possibilités. Explication de Thierry Le Goff, directeur général des ressources humaines de l'Education Nationale (interview). L'Education nationale compte 200 auxiliaires de vie scolaire qui sont spécifiquement affectées auprès d'enseignants handicapés. 95% d'entre eux le sont auprès de non-voyants. Le problème c'est que les contrats d'AVS sont précaires et limités dans le temps. Des enseignants se découragent parfois lorsqu'ils doivent changer trop souvent d'assistant. C'est encore un parcours semé d'embûches. Pourtant, ces enseignants handicapés apportent un vrai plus aux élèves. D'abord, ils apportent un vrai message d'espoir à tous les éleves en situation de handicap ou même en difficulté. Aurélie Dauvin le dit elle-même : ça aide les élèves à comprendre qu'il ne faut pas se décourager quelle que soit la difficulté. Et puis, elle leur fait découvrir ce que ne ferait pas un autre enseignant (interview). A travers son livre, elle voudrait simplement changer le regard des autres, ce n'est pas encore gagné. Un dossier de Sonia Bourhan. LIVRE : Aurélie Dauvin, « A perte de vue » , aux éditions Max Milo.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.