A Tours, a repris hier le procès de l’affaire des bébés congelés, mais avec des comédiens, cette fois. Le réalisateur Jean-Xavier Delestrade tourne à la Cour d’Assises un docu-fiction qui sera diffusé en décembre sur France 3. Et il reprend les véritables dialogues des audiences du procès de Véronique Courjault. Une première en France ! Jean-Xavier Delestrade a choisi ce que l’on pourrait appeler une fiction réelle, avec tout d’abord des comédiens qui ressemblent aux magistrats, avocats, accusés et témoins du procès. Il y a même dans le jury de cette fiction, un des jurés du vrai procès. Comme dans une logique de reconstitution, dit le réalisateur (interview). Dans le box, une femme fine et brune comme Véronique Courjault, le visage triste et les bras ballants comme Véronique Courjault, l’expression hésitante, c’est Véronique Courjault ! La comédienne Alix Poisson s’est complètement imprégnée de la personnalité d’une femme qu’elle n’a pourtant jamais croisée (interview). Cette fiction-reconstitution n’aurait pas pu avoir lieu sans le concours de la Justice. Jean-Xavier Delestrade a d’abord obtenu au mois de juin dernier l’autorisation d’employer deux sténos pour scripter l’ensemble des débats, il en résulte aujourd’hui un livret de 700 pages. La loi française est ainsi faite que l’on n’a pas le droit d’enregistrer de son ni d’image d’un procès, mais rien n’interdit de tout recopier sur papier. Et puis pour le tournage, Jean-Xavier Delestrade a obtenu le droit d’installer ses caméras pendant deux semaines dans la salle d’assises. Sous le regard plutôt bienveillant du procureur de Tours, Philippe Varin (interview). Jean-Xavier Delestrade, habitué à tourner en toute liberté les questions de justice aux Etats-Unis, regrette que la France ne fasse pas preuve de plus d’audace en la matière (interview). Le procès de Véronique Courjault, un docu-fiction de près de 2 heures qui sera diffusé en première partie de soirée sur France 3 le 7 décembre. _____Un reportage de Jean-Philippe Deniau en direct de France Bleu Touraine à Tours.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.