Barack Obama s’apprête à vivre une rentrée difficile. Le sujet qui secoue, divise, passionne l’Amérique, c’est la réforme de la santé. Elle doit être discutée au congrès en septembre. Obama fait face à une opposition très violente des conservateurs. Pourquoi cette réforme fait-elle autant de bruit ? Mettons-nous dans le bain tout de suite. Avec un exemple, de ce qui se passe aujourd’hui. Voici Karen Little. Elle habite la périphérie de Baltimore. Tout allait bien pour elle jusqu’à ce que la crise la rattrape. Et très souvent, c’est comme ça que ça commence (interview). Karen a essayé de postuler pour MEDICAID qui assure les plus pauvres, mais elle est propriétaire de sa maison, donc considérée comme trop riche. Dans le projet de réforme Obama, il y a l’idée de relever le plafond de MEDICAID. Il y a aussi l’interdiction pour les assurances privées de refuser des patients ET, entre autres, l’ouverture d’une option PUBLIQUE. C'est-à-dire une assurance payée par l’état, qui vient se greffer aux mécanismes déjà existants ET permettrait aux 46 millions de non assurés d’avoir une couverture santé. C’est là que le bas blesse. Des réunions publiques ont été organisées tout cet été. Des réunions où l’on a entendu tout et n’importe quoi, mais qui cristallisent l’opposition à Obama au sens large. Sylvia était à l’une d’elles (interview). Jusqu’à quel point les démocrates se sont laissés débordés par des gens comme Sylvia ? Plusieurs erreurs ont été faites. D’abord, pour éviter de faire comme Clinton en 93, Obama n’a pas voulu jeter un texte en pâture au congrès. Il a lancé des idées. Et demandé aux parlementaires d’y mettre leur patte personnelle. L’idée peu paraître bonne, mais on se retrouve aujourd’hui avec 3 textes en circulation à la chambre. 1 ou 2 texte au Sénat. Et au final, on ne sait plus ce qu’il y a vraiment dans ce projet. Ce faisant, les démocrates ont laissé le terrain vierge. Et les conservateurs l’ont occupé en semant un vent de révolte. C’est il y a quelques semaines à peine que le fameux réseau Obama, qui a permis de le faire élire, s’est remis en selle. Mais c’est venu très tard. Rachaele aussi a été croisée dans un de ces débats (interview). Quelle marge de manœuvre a désormais Obama ? La réforme de la santé, c’est son grand projet. S’il échoue. Sachant que les sondages ne le donnent pas très en forme, il va le porter comme un boulet. C’est pour ça qu’il donne un discours demain au congrès. Pour enfin tracer des lignes dans cette réforme. Il a le choix, entre passer au forceps puisqu’il a une majorité. Mais attention, cette majorité est bancale. Et il y a un risque de voir la loi rejetée, ce serait une catastrophe. Ou faire des concessions, notamment mettre de côté pour l’instant la fameuse option PUBLIQUE. Quitte à mécontenter son aile gauche. Mais avoir au moins une signature. _____Un reportage de Fabienne Sintès en direct de Washington, aux Etats-Unis.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.