Les éditeurs sont inquiets pour leur avenir. La technologie les rattrape par tous les bouts de la filière. Le syndicat national de l'édition a lancé un appel aux candidats à la présidentielle. L'internet bouleverse le secteur. On sait déjà que google incite les éditeurs à numériser leur catalogue. Mais bien au-delà, c'est un peu comme pour la musique, on commence à voir des œuvres se créer sur le net avant d'être éditées. En 1997 déjà, une création pour le net, « Apparition inquiétantes » était devenue un livre « La malédiction du parasol ». Depuis 3 ans, les éditions P O L proposent des textes en ligne, créés sous forme de feuilleton en ligne avant d'apparaître sous forme de livres. Tout le monde essaie de se rendre maître de son destin sur le net. Exemple avec un éditeur quasi virtuel - les éditions Le manuscrit - qui fonctionne essentiellement en ligne. Il reçoit des manuscrits, les soumet à un comité de lecture, les vend sous forme papier en librairie mais aussi format pdf, directement depuis son propre site. On trouve des forums mais aussi des rendez-vous chez les librairies sur le site. Et comme la technologie permet aujourd'hui de mettre en ligne n'importe quel texte, le manuscrit édite des auteurs chevronnés autant que des débutants ou amateurs. C'est Martine Lemalet qui nous parle des avantages qu'elle tire des technologies numériques (interview). Effectivement aujourd'hui, l'avancée c'est que on peut imprimer le livre à l'unité. C'est un boulevard pour l'autoédition. Boulevard qu'un américain n'a pas hésité à emprunter. Bob Young a monté le site lulu.com, avec 100 000 titres d'ouvrage en ligne. Pas de contrôle sur les contenus. L’auteur décide lui-même de la part qui lui revient sur la vente des livres ; chaque titre se vend à quelque dizaines d'exemplaires, ou centaines. Vous écrivez vos 100 recettes pour réparer un ordinateur en panne, ou vos plus belles lettres d'amour, ou encore l'ouvrage du Juge Serge Portelli, “Ruptures”, sur le bilan de Nicolas Sarkozy comme Ministre de l'Intérieur. Refusé chez les éditeurs. Vous faites un joli fichier word que lulu mettra en forme pour le vendre sous forme de pdf ou sous forme imprimée. Le chifrre d’affaire de lulu pour 2006 sera de 30 millions de dollars, pour avoir fabriqué 1 millions d’ouvrages, selon la formule du livre à la demande (interview). Mais la technologie numérique va plus loin. L'intéret c'est de créer par et pour le numérique du texte qui ne deviendrait pas forcément un livre. ça existe aussi bien sûr à profusion. Là, il suffit parfois de savoir manier quelques formats techniques, manier les liens hypertextes pour se voir qualifier d'auteur. On trouve des sites d’écriture en ligne, qui sont à la fois des ateliers d’écriture autant que des forums. Vous avez par exemple e-critures.org ou ecrits-vains.com Serge Bouchardon, chercheur, a exploré la toile à la recherche de ses auteurs en ligne (interview). Serge Bouchardon en dit encore plus dans l'ouvrage qui s'appelle "Un laboratoire de littérature" aux éditions de la BPI du centre Pompidou. Au final, il faut imaginer qu’on aura un jour une librairie virtuelle en ligne qui vendra des œuvres littéraires conçues pour le net et vendues uniquement sur le net et sous forme numérique. Avec des critiques purement en ligne . Un dossier de Christine Siméone.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.