Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle constitution en Hongrie le 1er janvier, le gouvernement dirigé par l'ultra-conservateur Viktor Orban multiplie les pratiques anti-démocratiques : loi électorale modifiée au profit du Fides (le parti au pouvoir) et nominations de proches du premier ministre aux postes-clés de l'administration…

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté lundi dernier à Budapest.

Par Bertrand Gallicher.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.