Mobilisation générale en Ile-de-France et en Picardie
Mobilisation générale en Ile-de-France et en Picardie © PhotoPQR/Ouest France

Le plan Vigipirate est au niveau maximum en Ile-de-France depuis la tuerie de Charlie Hebdo. "L'alerte attentat" a été étendue hier à la Picardie, où la traque des meurtriers présumés se poursuit. Portraits de ceux qui nous protègent au quotidien et qui se retrouvent aujourd'hui en première ligne.

► ► ► DIRECT | Suivez la situation minute par minute sur notre site

De 450 hommes, le dispositif militaire en région parisienne est passé à 800. Peut-être 1.000 dans les prochains jours si la situation l'exige. Les soldats ne patrouillent plus par groupes de trois mais de huit dans les lieux stratégiques : gares, aéroports, métro, sites touristiques... Et avec le niveau d'alerte actuel, leurs fusils sont chargés et prêts à tirer. Ce qui n'est pas le cas d'habitude.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Charlie Hebdo : après la tuerie, la traque

Ces militaires épaulent la gendarmerie et la police, dont près de 9.000 hommes sont mobilisés rien qu'en Ile-de-France. Interdit pour eux de prendre des congés jusqu'à nouvel ordre.

Les agents de sécurité réclament une meilleure formation

À ses effectifs, il faut ajouter tous ceux qui ne font pas partie du dispositif à proprement parler, mais qui sont pourtant en première ligne. Les policiers municipaux d'abord. L'une d'entre eux a d'ailleurs perdu la vie lors d'une autre fusillade hier à Montrouge au sud de Paris.

L'agent intervenait sur un banal acccident de circulation quand elle a été abattue par un homme qui a pris la fuite. Elle n'était pas armée, comme 60 % des policiers municipaux qui n'ont qu'une matraque pour riposter en cas d'attaque.

Enfin, dans ce dispositif, on y pense moins, mais il y a tous les agents de sécurité privés. Vous les croisez tous les jours à l'entrée des sites qui accueillent du public : les grands magasins, les monuments et les médias. Leurs syndicats, l'Unsa notamment, réclament une formation pour les situations de crises.

Plan Vigipirate, alerte maximale
Plan Vigipirate, alerte maximale © Radio France
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.