Le 1er régiment d'artillerie de marine de Châlons ferme ses portes
Le 1er régiment d'artillerie de marine de Châlons ferme ses portes © Radio France

La ville de garnison de Châlons-en-Champagne, dans le département de la Marne, perd son régiment militaire cet été et sa préfecture de région en janvier prochain. Cela représente un vrai big-bang pour cette ville de 45.000 habitants où plus d'un emploi sur deux est public.

Châlons-en-Champagne doit donc se réinventer. Le 1er régiment d'artillerie de marine a été officiellement dissous il y a quelques jours, lors de la cérémonie du pliage du drapeau. Le Général Bosser, chef d'état major de l'armée de terre :

Le nom de Châlons-en-Champagne s'ajoutera à la longue liste des villes qui sont devenues orphelines de leur régiment et de leurs soldats.

Près d'un miller de militaires et leur familles quittent Châlons-en-Champagne. De quoi inquiéter Marine Brazillet, fleuriste dans le centre-ville :

Les militaires font partie intégrante de ma clientèle. Ils envoient des fleurs à leurs femmes, leurs mères... Ils font vivre une ville.

Coup de froid sur le marché immobilier

Peur aussi du redécoupage régional de janvier prochain. La Champagne-Ardenne se marie avec l'Alsace et la Lorraine. Du coup, Châlons-en-Champagne perd sa préfecture de région. Encore des emplois publics en moins. Cela n'a pas échappé à Sylvie Parjoie qui tient une agence immobilière dans le centre :

Nous travaillons beaucoup avec les fonctionnaires. Et aujourd'hui on s'aperçoit qu'il n'y a plus grand monde qui arrive. Nous avons énormément de biens sur le marché en raison des mutations. Résultat, les prix de l'immobilier ont baissé de 10%. C'est énorme. Une maison qui valait 200.000 va être vendue 180.000 euros.

Deux réformes : militaire et territoriale et c'est le grand chamboule-tout à Châlon-en-Champagne. Jacques Lévy, géographe, professeur à l'école polytechnique fédéral de Lausanne :

Ce qui se passe à Châlons-en-Champagne symbolise la fin d'une certaine manière de penser l'aménagement du territoire, avec un État qui fait retomber des avantages sur les points du territoire qu'il a choisis.

La ville va tout de même bénéficier d'un coup de pouce de l'État. Un "contrat de redynamisation de site de la Défense" est en cours de discussion. À la clé : 30 millions d'euros sur quatre ans, de gros dégrèvements fiscaux et la mise en place d'une quasi zone franche fiscale.

"Réinventer" la ville

Des compensations indispensables pour tourner la page, estime le député-maire de Châlons-en-Champagne Benoist Apparu :

Il faut inventer un nouveau modèle économique, beaucoup plus tourné vers l'industrie et les services. Nous sommes un carrefour logistique parce que nous sommes très bien placés sur une cartographie Est-Ouest et Nord-Sud. Je ne dis pas que le départ des militaires est une chance, mais quelque part, cela nous met un gros coup de pompe qui nous oblige à nous poser des questions.

Et parmi les grandes questions : comment se faire une place dans cette nouvelle grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, à mi-chemin entre Paris et Strasbourg ? En attendant, séquence nostalgie pour les Châlonais, le 14 juillet, une partie du 1er régiment d'artillerie de marine défilera pour la dernière fois sur les Champs-Élysées.

Châlon-en-Champagne perdra aussi sa préfecture de région dans le cadre de la réforme territoriale
Châlon-en-Champagne perdra aussi sa préfecture de région dans le cadre de la réforme territoriale © Sandy Dauphin
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.